Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 15:17

Hé non, je n’ai pas abandonné la blogosphère… J’ai juste eu beaucoup, beaucoup de mal à venir à bout de Cent ans de solitude, et comme je n’aime pas abandonner mes livres au beau milieu d’une histoire, comme je n’aime pas non plus commencer deux livres en même temps, j’ai continué… Il faut dire que le temps me manque beaucoup en ce moment aussi… Bref, j’espère être un peu plus présente maintenant que cette lecture est terminée.

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv3847352.jpgA Macondo, un petit village isolé d’Amérique du Sud, vit la famille Buendia, condamnée à cent ans de solitude par la prophétie du gitan Melquiades. Au sein de ce village, plusieurs familles vivent, survivent, et meurent, mais ce village est principalement mené par José Acardio Buendia et Ursula Iraguàn. Durant six générations, on suit l’évolution de Macondo et de ses habitants, touchés par les révolutions, les guerres civiles, les fléaux, les destructions, …

 

Les deux cent premières pages m’ont passionnée. On découvre la  vie de ce petit village, ses habitants, leurs croyances, leurs mœurs  et coutumes. Très vite, on se sent bien dans l’histoire, on a presque l’impression d’y être, de vivre avec tous ces habitants. L’auteur nous livre également de grandes descriptions concernant le paysage, la faune et la flore, qui m’ont donné envie d’aller découvrir ce village (qui existe en fait sous le nom d’Aracataca). J’ai aimé également cette écriture légère et poétique, et ce, du début jusqu’à la fin. Cette plume, elle est parfois surréaliste voire même surnaturelle, mais pourtant ça ne m’a pas gêné (généralement j’aime les histoires réalistes) puisqu’il s’agit là d’une description de croyances partagées par une population. Pour moi, c’était un début très prometteur qui m’a donner envie de voyager, d’aller voir le monde.

Et puis, et puis, tout d’un coup, je me suis ennuyée de cette lecture car j’y ai vu trop de descriptions, de précisions qui ne m’ont pas toujours parues utiles, si bien que je n’arrivais plus à avancer… Certains passages sont très longs, sans aucune ponctuation, avec un fil conducteur alambiqué… Il y a également beaucoup de passages qui nous expliquent les multiples guerres d’Aureliano Buendia, le fils de José Acardio Buendia et d’Ursula Iraguàn, qui m’ont profondément ennuyée, agacée… Je pense que, pour cela, une certaine connaissance de l’histoire de l’Amérique Latine est nécessaire pour comprendre les guerres qu’entreprend le colonel Aureliano Buendia, connaissance qui m’a énormément manquée et m’a fait perdre le fil de l’histoire. C’est dommage, car je pense que l’auteur cherchait à nous faire connaitre l’histoire de son pays, mais aussi de l’Amérique Latine par ce récit.

Gabriel Garcia Màrquez met également une certaine distance entre le lecteur et ses personnages, si bien qu’on ne s’attache à aucun protagoniste. Ce détail m’a un peu déconcertée, car j’aime généralement avoir le sentiment de comprendre, ou d’être émue par certains aspects de la vie des personnages. Là, non. On suit simplement leur vie sans aucune émotion. Ceci est peut-être dû aussi au fait qu’il y a un nombre de personnages considérable dans Cent ans de solitude. Pour comprendre qui était qui, j’ai dû faire un arbre généalogique, que j’ai mis dans mon livre et que j’ai ressorti très, très souvent au fil de ma lecture pour ne pas me perdre. D’ailleurs, j’aurais dû détailler encore plus l’arbre que j’ai réalisé en mettant qui a fait quoi, car même avec cela je me suis perdue, j’ai dû faire des retours en arrière. Il faut rajouter à cela le fait que tous les personnages ont le même prénom puisque les fils s’appellent comme leur père ou leur grand-père… De plus, les personnages du même nom ont généralement une personnalité ainsi que des destins très similaires. Bref, ma lecture a été laborieuse, saccadée, lente…

 

 

En bref

Malgré un début très prometteur, je me suis très vite perdue dans cette histoire. Les prénoms des personnages se confondent, mes connaissances étaient insuffisantes… Au final, je ressors de cette lecture frustrée et déçue.

 

 

"Elle lui parlait de Macondo comme du village le plus lumineux et le plus paisible du monde, et d'une gigantesque maison qui sentait bon l'origan, où elle aurait aimé vivre jusqu'à ses vieux jours aux côtés d'une mari fidèle et deux garçons rusés qui s'appelleraient Rodrigo et Gonzalo, et en aucun cas Aureliano ni José Arcadio, et d'une fille qui aurait nom Virginia, et en aucun cas Remedios."

 

 

Points, 461 pages, 1968

Partager cet article

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Le Marginal Magnifique 07/08/2013 02:32


 


Pour ma part je trouve ce roman très surfait et peu brillant, certes bien écrit et témoignant d'une belle puissance narrative chez son auteur, mais totalement creux.


 


Gabriel Garcia Marquez a une imagination foisonnante, mais quel intérêt ? Où est le génie ? Le livre ne présente aucune structure construite, il n'y aucun fil conducteur, aucune analyse
psychologique, nous sommes en présence de faits imaginaires relatés avec une densité décourageante, qui plus est sans beaucoup d'humour ni beaucoup d'esprit...


 


D'ailleurs Marquez a dit lui-même ne pas comprendre le succès de ce livre en particulier : "La plupart des critiques ne réalisent pas qu'un roman comme Cent ans de solitude est un peu une
blague". Certains livres sont hissés au panthéon de la littérature mondiale et parois cela reste énigmatique, voire injustifié. Non, non, je ne trouve pas ce livre brillant...


 


Je préfère largement l'œuvre de Tolstoï qui relève véritablement du génie !

Marion 08/08/2013 13:02



Je peux comprendre votre avis... Néanmoins, je pense qu'il y a de belles choses à retirer de ce livre...



Moka 20/07/2012 05:53


Voilà un livre que j'aurais aimé découvrir. Mais je ne ta cache pas que ton billet me refroidit un peu...

Marion 20/07/2012 22:09



J'ai eu un mal fou à lire ce livre, vraiment... Mais je sais que certains le considèrent comme un chef d'oeuvre...



Malika 16/07/2012 18:15


J'ai adoré le premier tiers de ce roman et puis ça perd un peu de sa magie avec l'arrivée de la guerre et cette répétition de prénoms et de situations m'a également perdue !!! 

Marion 16/07/2012 21:27



Je suis entièrement d'accord avec toi... C'est bien dommage!



Anassete 10/07/2012 10:40


Tu as eu du courage de le terminer ! Et c'ets marrant le coup de l'arbre généalogique parce que beaucoup l'ont fait duran leur lecture ^^

Marion 10/07/2012 19:22



Ha je me suis vraiment accrochée! ^^ 



monpetitchapitre 08/07/2012 22:38


Je dois dire que j'étais curieuse de voir ce que tu aurais pensé de ce livre (que je n'ai pas lu d'ailleurs). Est-ce que le livre n'aurait pas un peu vielli?

Marion 10/07/2012 19:23



Je ne pense pas qu'il ait vieilli... En tous cas, ce n'est pas cet aspect là qui m'a gênée, mais plutôt les longueurs de ce roman, ses multiples détails et descriptions, ...



Présentation

  • : Les lectures de Marion
  • Les lectures de Marion
  • : Parce que la lecture est une passion qui se partage, il me fallait un univers bien à moi. Des livres, des Bandes dessinées, de jolies découvertes et quelques déceptions. Bienvenus dans la bibliothèque de Marion.
  • Contact

En ce moment, je lis...

http://4.bp.blogspot.com/-VUXAB70YlT0/Ua1z_9yrdUI/AAAAAAAAEZ0/u10YcLsy99E/s1600/la+liste+de+mes+envies.jpg

 

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_165734.jpg

 

Rechercher

Rubriques

BD

 

blabla.png

 

rentree.png

 

logochallenge3-copie-1.png

 

logorl2013

 

movies.png

 

Romans.png

 

swap.png

 

tag.png

Je suis aussi sur...

http://lecran.org/wp-content/uploads/2011/12/facebook-logo.png

 

logo liv

 

http://img.hellocoton.fr/fr/logo.gif