Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 17:48

 

http://www.livraddict.com/covers/55/55532/couv27552796.jpgA la mort de son second père, Egon, Rosa, quarante deux ans, retourne dans la maison familiale au Maroc. Cette maison, elle l’avait quittée il y a vingt ans de cela, dans les années cinquante, pour y effectuer un beau et heureux mariage en métropole. Depuis, elle n’y venait que très rarement, pour des vacances.

Alors qu’elle doit faire le tri à Serjâa, (la demeure de ses parents) avant de la revendre, Rosa se replonge dans les souvenirs qui ont marqué sa vie, sur les relations qu’elle a entretenu avec ceux qui ont vécu ici : sa nourrice et conseillère, son premier père dont elle garde finalement assez peu de souvenirs, son second père avec qui elle aura entretenu une relation fusionnelle, sa mère, sa tante volubile…

Alors bien sûr, chaque pièce, chaque tiroir ouvert fera remonter en elle de profondes émotions.

Mais Serjâa lui révèlera également bien d’autres secrets qui vont très vite la remettre en question…

 

 

 

Rouge argile est ma seconde lecture faite dans le cadre de notre club lecture ayant pour thème les souvenirs d’enfance.

Avant de l’ouvrir, j’avais beaucoup d’attentes par rapport à ce livre : il dormait depuis un sacré moment sur ma PAL sans que j’ai trouvé le moment de le lire… Et puis surtout, l’histoire se passe au Maroc… Pays de mon cœur, pays de mes rêves.

L’ambiance de ce pays, je l’ai retrouvée à chacune des pages… L’auteure nous fait découvrir de manière olfactive, visuelle, sensorielle les paysages, les places de Fez. On retrouve la chaleur, la convivialité des marocains. On est très vite plongé dans cette ambiance, bien différente de la nôtre, on a l’impression merveilleuse de voyager, d’y être, de visionner chaque élément mentionné. Et pourtant, l’auteure a le don de n’utiliser aucun stéréotype, aucune image erronée de la réalité.

Les premières pages de ma lecture se sont tournées tout en douceur. On trouve quelques lenteurs, c’est vrai, mais je n’ai pas trop souffert de cela. J’ai même plutôt ressenti un besoin de temps pour m’imprégner, pour bien imaginer, visualiser ce que Virginie Ollagnier voulait nous transmettre. Par contre, la fin s’accélère. Le lecteur est pris dans un tourbillon de révélations concernant la famille de Rosa. Ces révélations feront prendre à Rosa un tout nouveau départ, une certaine émancipation.

 

 

En bref

Roman nostalgique, puissant ; l’histoire est belle, mais je crois qu’elle sera très vite oubliée. Par contre, mon moment de lecture, lui, restera agréable et plein de sensibilité.

 

 

« Elle ne voulait pas attendre à l’extérieur de la gare, mais dedans, là où les retrouvailles et les séparations s’exprimaient le mieux. Le quai, agité par les attentes mêlées de ceux qui partaient et ceux qui patientaient, bruissait de murmures, de soupirs ou d’éclats de rire. C’était ça qu’elle était venue chercher, cette proximité. Elle pouvait se plonger dans les joies des autres, ou dans leurs tristesses, sans que cela lui appartienne. Le plaisir et la peine s’offraient à tous. Elle aura pu pleurer tout son saoul dans les bras d’inconnus venus à son secours. A Paris, elle avait pleuré seule. »

 

 

Editions Liana Lévi, 214 pages, 2011 

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 16:32

Mango m'a taguée pour le bien connu tag des 11 questions... Et comme, vous le savez, j'aime les TAG, je me fais une joie de répondre à celui-ci...

 

http://media-cache-lt0.pinterest.com/550x/c7/03/42/c703427267e71ec0a0910b32936ff2fd.jpg

 

 

1. Quel est ton livre préféré du moment?  Le dyptique d'Abélard est mon dernier gros coup de coeur du moment... J'en suis encore toute bouleversée! (Merci Moka!)    

 

http://www.anglesdevue.com/rubriqueabrac/wp-content/uploads/2011/10/ABELARD.jpg

 

2. Ton auteur français favori? Le choix est dur... J'hésite entre Jeanne Benameur, Eric-Emmanuel Schmitt, Albert Cohen et Laurent Gaudé... Oui, bon, rien à voir... 

 

3. L’auteur étranger que tu préfères? Sans hésitations, je dirais Carlos Ruiz Zafon pour son univers incroyable, pour son écriture riche et parce qu'il me donne des envies d'ailleurs...

 

4. A quel âge es-tu devenu (e) vraiment un lecteur (une lectrice) assidu(e)? Ma passion de la lecture est venue assez tard, en seconde très exactement (vers 15-16 ans)... Avant, je lisais, j'aimais cela, mais je n'étais pas très assidue et tout ceci restait "sans plus". Depuis ma rencontre avec mon prof de littérature de seconde, j'ai toujours un livre accroché aux mains. 

 

5. Quel est ton héros littéraire? Montag de Fahrenheit 451 est pour moi un héros extraordinaire... J'ai d'ailleurs assisté à une représentaton théâtrale de Fahrenheit 451, vendredi... Un délice! 

 

6. Ton héroïne de romans préférée? Je sèche un peu sur cette question... Au lycée (ou collège?), j'ai aimé et admiré le personnage d'Antigone, mais je n'ai pas vraiment d'autres héroïnes qu'elles qui me viennent en tête.   

 

7. Y a-t-il un auteur que tu ne liras plus jamais? Certainement Régis de Sà Moreira... J'ai lu Le libraire au cours de l'année dernière et j'ai été très, très déçue par ce roman. Il faut dire que j'en attendais énormément.

 

8. A quel moment de la journée et de l’année préfères-tu lire? Généralement, j'aime lire le soir, avant d'aller me coucher, et le matin en me réveillant... Mais, avec cette question-là, ma réponse va être totalement différente puisque j'aime lire au soleil, en pleine canicule et en pleine journée... Bref, vivement un beau et grand rayon de soleil... 

 

9. Quel est l’endroit où tu aimes lire de préférence aux autres? Je lis partout et tout le temps... Mais j'aime particulièrement lire à la plage et sur le canapé de mon appartement...  

 

10. Spontanément, quel est le livre récemment lu que tu conseillerais à un jeune de 20 ans? 20 ans, c'est mon âge... Alors, je pense que je pourrais lui conseiller tous les livres que je lis... Ou presque!  

 

11. Tu ne dois sauver qu’un seul livre: lequel choisis-tu ? Sans aucun doute, je sauverais Belle du seigneur, d'Albert Cohen, puisque ce livre a bouleversé ma vie. Je pense que je pourrais le relire toute ma vie et y découvrir toujours autant de choses...

 

 

Puisque ce tag a beaucoup tourné, je ne propose à personne de reprendre la suite... Mais si certain(e)s veulent répondre à quelques (toutes) les questions, je me ferais un plaisir de lire vos réponses... 

Repost 0
Published by Marion - dans Tag
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 14:23

 

http://www.livraddict.com/covers/27/27301/couv730831.jpg« Mamette n'a pas toujours eu 80 ans ! Avant d'être la grand-mère gentille et souriante que tout le monde aimerait avoir dans sa famille, elle a été une petite fille, avec un sacré caractère ! ».

A l’âge de ses neuf ans, la jeune Marinette est confiée à sa famille, la tante Suzon et ses grands-parents, le temps d’un été. La petite fille est habituée à la vie parisienne, et on ne peut pas dire que la vie aux champs soit vraiment sa tasse de thé. D’autant plus que la tante Suzon n’est pas des plus chaleureuses et accueillantes… Mais petit à petit, la petite fille va se faire au rythme de la ferme et surtout, elle va se lier d’amitié avec un jeune apprenti, ainsi qu’avec une petite chèvre avec qui elle va être inséparable… Et il est préférable qu’elle s’habitue à ce rythme harassant puisque sa mère ne semble pas prête à venir la récupérer…

 

 

J’ai lu cet album dans le cadre de notre club de lecture lyonnais, dont le thème était cette fois-ci les « souvenirs d’enfance », et qui nous a été chaleureusement conseillé par notre copinette Livr0ns-n0us. Sans remettre en cause les goûts implacables de notre « conseillère BD », j’avoue que j’avais un peu peur de tomber sur un album un peu cucul ou en tous cas, très enfantin… Et pourtant, cet album est réellement une chouette réussite ! 

Je n’ai eu aucun mal à me plonger dans les souvenirs de notre petite grand-mère (auparavant inconnue), et j’avoue que j’ai même souvent confronté mon propre vécu aux histoires et aux souvenirs de Mamette.

J’ai apprécie cette histoire toute simple, très fraiche, à la fois amusante et émouvante… J’ai ri en découvrant les gags et les découvertes de notre petite héroïne, j’ai eu le cœur serré en découvrant les ignominies de sa tante, de sa famille… Et puis surtout, je me suis vraiment retrouvée dans cette famille qui semble est la nôtre, si réelle, avec ses problèmes, ses rancœurs, son amour.

Cet album nous enseigne également la vie des années 30. Si loin de la nôtre, on découvre les us et coutumes de la vie à la campagne, aux champs avec ses difficultés et sa pauvreté.

Et puis… Il y a Marinette… Marinette et sa douceur, Marinette et sa gaité, Marinette et son courage… Marinette, quoi. Ce petit personnage tout mignon donne un énorme charme à la BD, et je pense que sans la création d’un tel personnage, l’histoire aurait été très différente. J’ai, par ailleurs, aimé la découvrir à la fin, en petite mamy, et j’ai découvert, avec bonheur, qu’elle n’avait rien perdu de sa gaité…

J’ai tout de suite apprécié ces dessins colorés, joyeux, ronds et dynamiques qui donnent un côté très harmonieux à l’histoire.

 

 

 

En bref

Les souvenirs de Mamette fait partie de ces lectures fraiches, émouvantes et drôles. Le personnage central m’a littéralement fait craqué pour sa jovialité… Un bel album haut en couleurs à découvrir… 

 

 

http://3.bp.blogspot.com/_7QWzZWxCPYg/Sx_MMchIJFI/AAAAAAAAAEw/67UeaJqIjXs/s320/souvenirs_mamette_800.jpg

 

 

 

Logo BD Mango bleu

Chez Mango

 

 

topbd 2013

Top BD de Yaneck : 16/20

 

 

 

Editions Glénat, 96 pages, 2009

Repost 0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 19:37

 

http://www.livraddict.com/covers/0/4/couv32218140.jpgRick est policier. A la suite d’une altercation, il s’est fait tirer dessus et a sombré dans le coma pendant un certain temps. A son réveil, il se rend compte que notre monde a radicalement changé : les morts ne partent plus de la Terre et sont à la recherche de chair fraiche pour se nourrir. En état de choc, Rick parcourt sa ville à la recherche de son fils et de sa femme. Ne les trouvant pas, il décide de partir à Atlanta car c’est là que sa belle-famille habite. Arrivé dans la ville, les choses se compliquent… Atlanta est envahie de zombies et Rick se retrouve encerclé, pris au piège. Aidé par un rescapé, il est conduit dans un camp à la sortie de la ville, à l’orée d’une forêt. A l’intérieur du camp, Rick retrouve enfin ceux qu’il aime.

Le petit groupe tente de survivre, malgré les vivres qui se font rares et malgré les attaques de plus en plus fréquentes…

 

 

 

J’ai pris cette BD à la bibliothèque par curiosité, après avoir acheté 4 tomes à un ami. J’ai eu envie de voir ce que c’était, pensant que cette série ne me plairait sûrement pas. Il faut dire que les histoires de zombies ne sont pas vraiment ma tasse de thé et me font froid dans le dos … Et pourtant... Sans être un coup de cœur, Walking dead est un album qui m’a réellement plu. J’ai été étonnée par ce qui ressort de cette BD et finalement, je l’ai très vite terminée (je dirais même que je l’ai dévorée !).

Je pense que je ne retiendrais pas vraiment cette histoire de morts-vivants. Je dirais même qu’elle a été, pour moi, assez secondaire. Ce que je retiens vraiment de ce comics, c’est cette grande histoire de solidarité, de partage et d’entraide. On assiste ici à un véritable combat pour survivre, pour se nourrir, pour se protéger. Les hommes s’organisent, créent un clan alors même qu’ils ne se connaissaient pas auparavant… La grande force de cette BD, tout le monde peut s’identifier dans les personnages, imaginer ce qu’il aurait fait dans telle ou telle situation, et peuvent éprouver un soupçon d’admiration devant une telle chaîne humaine.

Cependant, je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a un point vraiment négatif ; c’est toute cette violence et notamment l’utilisation des armes qui m’a vraiment mis mal à l’aise… Sans entrer dans un débat, et en gardant bien à l’idée que tout ceci n’est qu’une histoire, je ne cautionne pas vraiment le fait qu’un enfant utilise une arme. Ce détail n’a pas vraiment gâché ma lecture, mais disons qu’il m’a fait froid dans le dos et qu’il m’a un peu révoltée…

Les dessins du comics sont un point fort. Je les ai trouvés en total adéquation avec ce qui nous est raconté. L’utilisation du noir et blanc rajoute une dimension encore plus effrayante et inquiétante à l’album. Les zombies sont terrifiants, mais les personnages sont très, très bien réalisés. J’ai apprécié ces coups de crayons nerveux, assez froids et sans trop de fioritures.

 

 

En bref

Je me suis lancée dans la lecture de cet album avec un énorme apriori et une légère appréhension… Et pourtant, je l’ai énormément aimé… Il ressort de cette BD un immense espoir et une grande histoire d’humanité. La suite, je la lirai, c’est sûr ! 

 

 

http://3.bp.blogspot.com/-AcWxu0Nj2gg/Tw0ZkRG_BFI/AAAAAAAAM1o/WlwmRjKPVV0/s1600/Walking-Dead-tome-1_-planche.jpg

 

 

Logo BD Mango bleu

Chez Mango

 

 

topbd 2013

Top BD de Yaneck : 16/20

 

 

 

Editions Delcourt, 143 pages, 2007

Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 13:55

 

 

http://www.livraddict.com/covers/85/85083/couv73929026.jpg1814. Un navire français s’échoue, lors d’une tempête, au large des  côtes de Hartlepool, un petit village anglais. Le lendemain, les habitants découvrent les décombres du bateau sur la plage, ainsi qu’un unique naufragé. Ce dernier est un singe, et la mascotte du bateau. Il est habillé d’un uniforme de l’armée française, il porte un tricorne sur la tête alors, bien sûr, il ne peut qu’être qu’un français. En plus, il est poilu, petit, moche… ! La conclusion est sans appel ! Il faut dire que les habitants n’ont jamais vu un français et encore moins un singe…

Pensant qu’il s’agit d’une tentative d’espionnage de l’armée française, les villageois sont bien décidés à le capturer et à le faire parler.

 

 

 

 

Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre en ouvrant cet ouvrage. Oui, j’en avais entendu parler, oui, j’avais terriblement envie de le découvrir, et oui… Je savais que cette lecture sera certainement agréable et intéressante, mais je ne m’attendais pas à un tel petit bijou !

Voilà un ouvrage qui m’a à la fois plu et révoltée… Parce que même s’il ne s’agit que d’une bande-dessinée, on apprend aussi que cette histoire est en fait une légende… Et cette légende-là m’a fait froid dans le dos… Sans artifices, Wilfrid Lupano nous montre à quel point l’ignorance conduit à la bêtise et à la perte de l’être humain. Le racisme, la peur de l’autre, la dominance sont les thèmes phares de cet album qui fait réfléchir son lecteur. D’abord surprise par la tournure que prend l’histoire lorsque les habitants de Hartlepool pensent que la petite mascotte est en fait un français et un être humain, je me suis laissée très vite prendre au jeu. D’ailleurs, le fait de savoir que cet album est extrait d’une légende m’a d’autant plus intéressée.

Cette BD reste quand même surprenant par les multiples émotions qu’il a suscité. Je suis passée des larmes (ou presque larmes) au rire, de la surprise à l’incompréhension. J’ai pris certains passages au second degré, parce que je ne voulais pas retenir que le côté négatif de cette sombre fable, d’autres m’ont terriblement choquée et bouleversée.

Les dessins et les couleurs utilisées collent parfaitement au scénario. On est très vite plongé dans cette ambiance maritime, et grisâtre que l’on imagine assez de la Grande-Bretagne. J’ai également aimé les dessins des personnages qui semblent très animés, très dynamiques.

 

 

 

En bref

Le singe de Hartlepool est une réelle découverte et un petit coup de cœur bien mérité. L’auteur dépeint la bêtise humaine et nous fait revenir aux légendes sombres qui ont marqué l’histoire humaine. Le dessin dynamique et animé, ainsi que les couleurs très réalistes sont une réelle réussite… A découvrir !

 

 

 

http://www.bodoi.info/wp-content/images/S1239/le_singe_de_hartlepool_image2.jpg

 

 

 

Les avis de Noukette et La sardine.

 

 

 

Logo BD Mango bleu

Chez Mango

 

 

topbd 2013

Top BD de Yaneck : 19/20

 

logochallenge3

6/7

 

 

 

Une grand merci à PriceMinister qui m'a permis de connaître cet album grâce à l'opération la BD fait son festival.

http://www.priceminister.com/blog/wp-content/uploads/2013/01/Header_LP_BDb.jpg

 

 

 

Editions Delcourt, 94 pages, 2012

Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 11:06

 

http://www.livraddict.com/covers/96/96184/couv51139165.jpgEn se réveillant, ce matin-là, Méréna sait que cette journée sera différente des précédentes… Depuis plusieurs semaines, une routine persistante s’est installée et elle ne la supporte plus. Chaque matin, après son réveil, elle prend une douche froide, boit son café en écoutant les informations désastreuses de la journée à la radio, envoie ses deux jeunes garçons à l’école et dépose sa petite dernière chez sa tante Turia avant d’aller à son travail.

Son travail est éprouvant, dangereux mais Méréna a besoin d’argent, rapidement. Elle gagne sa vie en cassant des blocs de pierre à la massue, sous un soleil africain harassant.

Mais aujourd’hui Méréna a appris aux informations locales la construction d’un aéroport qui va faire considérablement augmenter le prix du sac de gravier. Les quinze femmes à travailler au bord du fleuve l’ont-elles aussi entendue et souhaitent céder aux intermédiaires le sac de gravier plus cher qu’il ne l’a été précédemment. Méréna est rapidement élue comme porte-parole puisqu’elle est une des seules à avoir fait des études, à bien parler et à maîtriser la langue. Méréna sera prise au sérieux.

Lorsque les intermédiaires apprennent la nouvelle, des échauffements surviennent. Une bagarre oppose les intermédiaires et les « casseuses de pierres », plongeant l’une d’entre elle dans le coma. Mais l’histoire ne s’arrête pas ici, puisque trois des femmes se retrouvent emprisonnées. De manifestations, en revendications, les femmes vont se montrer ferme et créer une véritable lutte pour vendre leur sac de pierre à un prix qui leur parait plus décent.

La journée de Méréna ne sera pas comme les autres et les suivantes pourraient bien bouleverser leur existence…

 

 

Photo de groupe au bord du fleuve est un livre remarquable, poignant et terrifiant, puisqu’il est avant tout une plaidoirie contre la condition de la femme en Afrique. Toutes les « casseuses de pierres » ont leur histoire, leur vécu. Tour à tour, les femmes vont évoquer ce passé de femmes violées, maltraitées, humiliées, trompées. Lentement, j’ai été captivée par cette véritable lutte que soutiennent ces femmes. Une lutte légitime, poignante, qui, au-delà de l’argent est une lutte pour une meilleure vie de ces femmes. Avec cet argent, Méréna et les autres construisent des projets : reprendre des études, ouvrir un commerce, prendre soin de leur famille, arrêter de vivre au jour le jour, …

En parallèle, l’auteur dénonce également les problèmes récurrents en Afrique : la corruption, la disparition soudaine des ONG, le manque de soins dans les hôpitaux, la violence, l’adultère… Tout autant de thèmes qui m’ont émue, révoltée. On peut ne sortir de cette lecture sans prendre conscience de notre propre condition, sans chercher à comprendre pourquoi l’auteur dénonce cela. Riche en revendications, ce livre n’est pourtant en aucun cas stéréotypé. Et c’est d’ailleurs la grande force de ce roman. L’auteur nous propose simplement de réfléchir à cette Afrique moderne, pour ma part assez méconnue.

Quant à l’écriture, je la qualifierais de riche et surprenante à la fois. L’auteur introduit une certaine mise à distance en utilisant la seconde personne du singulier. Au début, j’ai été surprise et perturbée, cherchant à comprendre la raison de ce choix… Mais après tout, pourquoi pas ? J’ai trouvé que ceci apportait une grande force aux propos. J’ai également eu l’impression que l’auteur cherchait à s’effacer pour laisser pleinement la parole aux femmes. Bref, cette forme surprenante est aussi intéressante. J’ai également apprécié la plume de l’auteur qui nous fait voyager grâce aux descriptions riches qu’il propose. Emmanuel Dongala écrit de manière fluide, pudique, sans trop s’éparpiller.

 

 

 

En bref

Photo de groupe au bord du fleuve est un livre passionnant sur cette Afrique moderne. De revendications en revendications, l’auteur nous propose une réflexion passionnante sur les problèmes que rencontre l’Afrique. Un livre foisonnant à découvrir et à faire partager.

 

 

 

« Dans un état de colère et de douleur mêlées, tu as dit que tu aurais préféré que Batatou ait eu une vie heureuse sur terre plutôt que dans l'après-vie; que les dictateurs corrompus qui maltraitent leur population devraient être jugés ici et maintenant comme de vulgaires criminels par la Cour internationale de justice et non pas attendre le jour du Jugement dernier. Tu as réaffirmé avec force que vous vous battriez jusqu'au bout pour faire aboutir ces revendications qui ont conduit à la mort de votre camarade et enfin tu as juré au nom de toutes de prendre soin des jumeaux. »

 

 

 

Editions Babel, 440 pages, 2012

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 18:43

 

http://bdi.dlpdomain.com/album/9782505011392-couv-I400x523.jpgA la fin du premier tome, Abélard rencontre Gaston, un ours un peu bourru, ne croyant plus en l’amitié et qui désire, lui aussi aller en Amérique. Malgré les quelques réticences de Gaston, c’est ensemble qu’ils ont décidé d’effectuer ce périple.

Le second tome s’ouvre donc sur ce voyage que nos deux protagonistes s’apprêtent effectuer. Après avoir traversé le pays ensemble, Abélard et Gaston doivent se séparer. Gaston décide de travailler comme marin dans le navire. Mais pour Abélard, les ennuis commencent. Très vite, notre petit protagoniste prend conscience que cette traversée sera loin d’être tranquille. Ayant de grandes difficultés à embarquer, Gaston le prend à nouveau sous son aile et le fait embarquer clandestinement. A l’intérieur du bateau et durant toute sa traversée, Abélard et Gaston partagent la même chambre. Bien que ces personnages soient complètement opposés, une profonde amitié nait entre les deux personnages.

Abélard réussira-t-il à cueillir un bouquet d’étoiles ?

 

 

J’étais tombée sous le charme du premier tomeLa danse des petits papiers avait été un coup de cœur, une petite révélation. Le second tome est tout aussi réussit !

Dans les premières pages, l’atmosphère est globalement poétique et légère et semble dans la parfaite continuité du premier tome. Gaston apporte une petite touche de gaité et de rires à cet univers, grâce à son tempérament bougon et nonchalant. Abélard, quant à lui, a su encore me toucher par ses questions, par son caractère candide. Bref, Abélard continue assez paisiblement sa quête initiatique.

Et puis, sans crier gare, c’est la désillusion, la fin de toute cette douceur, cette gaité, cette poésie. C’est la fin d’une fable optimiste. Abélard découvre le monde tel qu’il est, seul. La bêtise de l’Homme, mais aussi sa lâcheté, ses tromperies, son injustice, sa violence lui saute aux yeux. Il découvre leur profond mal-être, cette envie de trouver toujours mieux sans jamais y parvenir. Et notre petit poussin perd très vite sa gaité, sa joie, cette envie de partir à la découverte du monde. La moitié de l’album m’a d’ailleurs émue aux larmes. J’ai tourné les pages la gorge serrée, essayant de comprendre au mieux chaque leçon qu’il y a à tirer dans cette BD. Oui, Abélard est un concentré d’émotions qui nous fait passer des larmes aux rires, de l’optimisme au pessimisme, de l’espoir au néant.

Ces dessins épurés m’ont subjuguée par leurs couleurs, par leur réalisme. Le texte est encore meilleur dans ce second tome et je n’ai pas pu m’empêcher d’en noter quelques extraits tant ces phrases m’ont touchée, m’ont fait réfléchir.

 

 

 

En bref

Fable sombre, profonde et émouvante, Abélard me restera longtemps gravé en mémoire. Tout, absolument tout m’a plu dans ces deux albums. Un gros coup de cœur.

 

 

http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/wp-content/uploads/abelard2_extrait_petit.jpg

 

 

Logo-BD-Mango-bleu.jpg

Chez Mango

 

topbd 2013

Top BD de Yaneck : 20/20

 

 

Editions Dargaud, 64 pages, 2011

Repost 0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 08:00

Je vous abandonne à nouveau une petite semaine, puisque je pars à la visite de Barcelone... 

 

Ville de mes rêves grâce aux merveilleux romans de Carlos Ruiz Zafon... Il était temps pour moi d'aller à la découverte de cette ville qui m'aura tant fait rêver à travers les livres... 

C'est donc avec mon tout petit sac à dos, mes deux guides, Photo de groupe au bord du fleuve d'Emmanuel Dongala, mon cours de droit, mon hybride, mes attentes, mes angoisses, ma fatigue, mon excitation... ET mon chéri, que je vais mettre, pour la première fois, un pied en Espagne... 

Au retour de ce petit séjour, rendez-vous impatient et angoissé chez le tatoueur...

Bref, la semaine va être chargée et riche en émotions...

 

A tous, je vous souhaite une belle semaine...

 

 

http://farm4.staticflickr.com/3429/3284304761_04a4555b8c_o.jpg

 

Repost 0
Published by Marion - dans Blabla & bazar
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 11:08

 

http://www.livraddict.com/covers/42/42929/couv70726766.jpgLa maison Tiffany, prestigieuse maison de couture de l'Angleterre victorienne, se prépare à son fameux bal de printemps dont le thème sera la mythologie grecque. La mission s'avère complexe, car il faut transformer les grandes dames de l'Angleterre en véritables déesses. La tâche n'est pas non plus facilitée car des tensions naissent entre Bianca, jeune prodige qui dirige la maison Tiffany, et Rachel, couturière. En effet, Rachel a refusé de faire la robe de Madame Tiffany, car elle sait que celle-ci choisira celle de Bianca, sa fille. Bianca, qui n'apprécie pas d'être contredite et qui se sent menacée dès que son autorité est contestée lui fait payer son audace. L'ambiance au sein de l'atelier est électrique.

Elinor, quant à elle, continue à se montrer exemplaire et indispensable, et ce, malgré sa très grande fragilité. En effet, cette dernière refuse toujours de se nourrir, et ses malaises sont de plus en plus fréquents. 

Abel, le frère de Bianca, commence à montrer des signes de fatigue : celui-ci souhaite prendre un nouvel horizon, loin des coutures et broderies...

La maison Tiffany peut-elle survivre sans lui? 

 

J'avais adoré le premier tome... Il était donc impossible que je ne lise pas la suite de cette série que j'avais jugée très, très prometteuse.

Seulement voilà, le second tome ne répond pas vraiment à mes attentes. L'histoire se répète, encore et toujours, et n'avance pas vraiment. L'intrigue qui était proposée dans le premier tome semble être en suspens. Au final, on assiste à une sorte de copier-coller du premier tome : les couturières sont toujours débordées à l'arrivée du bal qui se prépare, Bianca est toujours infecte avec les petites mains qui travaillent pour elle, Elinor souffre d'anorexie mais s'épuise à la tâche... Bref, tout cela est très rébarbatif et finalement, je n'ai retenu que très peu de choses concernant cette lecture (pourtant lu il y a trois jours).

On ne peut pas dire que la lecture soit pour autant désagréable, mais disons qu'il manque un petit quelque chose à toute cette histoire pour la rendre un peu plus prenante. 

Heureusement, j'ai été à nouveau subjuguée par les dessins qui nous sont proposés. Riches en détails, extrêmement fins, bien finis, très colorés... Le dessin est pour moi LE point fort de cet ouvrage. Les robes sont merveilleuses et m'ont encore fait plus rêver que dans le premier tome. Le détail apporté pour les croquis des robes est vraiment surprenant. 

Je pense malgré tout lire le troisième et dernier tome de la série pour connaître la fin.

 

 

En bref

Le second tome de cette série me laissera un souvenir plus flou et moins joyeux que le premier. Malgré tout, les dessins restent d'une très grande qualité et la lecture est agréable. 

 

 

http://www.bdgest.com/critiques/images/planches/4625_p.jpg

 

topbd 2013

Top BD de Yaneck : 13/20

(Petite nouvelle!)

 

 

 

Editions Soleil (Blackberry), 48 pages, 2011

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 19:21

 

http://www.livraddict.com/covers/55/55035/couv70347778.gifJack a cinq ans aujourd’hui. Il le fête modestement dans la chambre, avec sa maman, seule personne qu’il a et qu’il connaît « en vrai » sur cette planète. De temps en temps, Grand Méchant Nick, leur ravisseur, vient leur rendre visite, la nuit, pour leur apportez des provisions ou pour abuser sexuellement de sa maman… Mais lui, il n’a pas le droit de le voir : lorsqu’il entend le « bip bip » de la porte, il doit se cacher dans « petit dressing ».

Voici la vie que mènent Jack et sa maman, et ce, avant même la naissance de Jack. La mère essaye depuis cinq ans de montrer à son fils que le monde se résume à ça, à cette chambre de trois mètres sur trois mètres. Elle ne souhaite pas lui montrer un monde inaccessible. Et le petit Jack pense que ce qui se passe dans la télévision n’est qu’irréel. Seulement voilà, la mère n’en peut plus. Elle est épuisée mentalement et physiquement. Ils doivent trouver une solution pour s’échapper de là… Il leur faut un plan.

 

Depuis la sortie de ce livre, je voulais le lire. Alors autant vous dire que j’en attendais énormément… Et franchement, je ne suis pas déçue ! Je crois même que ce livre m’a mis une énorme claque, m’a fait prendre conscience de beaucoup, beaucoup de choses.

Et pourtant, on ne peut pas dire que ce livre m’ait énormément emballée, au début… Tout est calme, plat. Les journées se ressemblent, ou presque. Il ne se passe rien et finalement, je me demandais, mais quand, quand ce livre va commencer ? Et puis le petit Jack m’a parfois vraiment, vraiment agacée avec toutes ses questions, cette manière d’humaniser les objets de son quotidien… Ajoutons à cela que l’histoire nous est racontée par le petit garçon. Très vite, on se plonge entièrement dans l’histoire. Quelques petites fautes de vocabulaires ou de syntaxes apparaissent par-ci ou par-là et donne une réelle profondeur à l’histoire. Lorsque je me suis prise au jeu, j’ai eu envie d’aller jusqu’au pour voir comment cette salle histoire allait se terminer. Et qu’est-ce que j’ai bien fait ! Ce livre est simplement un petit concentré d’émotions à l’état pur. J’ai été émue, en colère, amusée (parfois),…

Au fil des pages, j’ai eu l’impression de vivre en temps réel chaque action, chaque émotion des personnages. Je me suis attachée à eux, à leurs petites habitudes, à cette routine, à ce huis-clos. J’ai tourné les pages en apnée, hypnotisée par cette histoire folle.

J’ai été impressionnée par le courage de cette maman, par son inventivité, par sa création au quotidien, afin de donner à Jack une vraie vie, une vraie éducation. L’auteur nous propose également de vrais échanges, profonds. Ça m’a surprise et impressionnée à la fois, parce que les mots sont souvent directe, mais bien choisis pour expliquer à un enfant le monde qui l’entoure. Et puis, il ressort de cette histoire un amour profond, un questionnement sur la maternité. Et surtout… Une grande leçon d’optimisme. Je pense que chacun peut tirer sa propre morale de cette histoire… Pour ma part, je pense que ce livre m’en aura beaucoup, beaucoup appris.

 

 

En bref

Une claque absolue ! Captivant, inquiétant, brutal, optimiste, émouvant, magnifique. Autant d’adjectifs pourraient qualifier ce roman étonnant. A lire impérativement !

 

 

« Mon corps, je crois qu’il est à moi comme les idées dans ma tête. Mais mes cellules sont faites avec ses cellules alors c’est un peu comme si j’étais à elle. Et aussi quand je lui dis mes pensées et qu’elle me dit les siennes, nos idées de chacun se mélangent dans nos deux têtes comme si on coloriait au crayon bleu par-dessus le jaune pour faire du vert. »

 

 

 

Les avis de Noukette, StéphieClara et Bricabook

 

 

 

Editions Stock (La cosmopolite), 400 pages, 2011

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article

Présentation

  • : Les lectures de Marion
  • Les lectures de Marion
  • : Parce que la lecture est une passion qui se partage, il me fallait un univers bien à moi. Des livres, des Bandes dessinées, de jolies découvertes et quelques déceptions. Bienvenus dans la bibliothèque de Marion.
  • Contact

En ce moment, je lis...

http://4.bp.blogspot.com/-VUXAB70YlT0/Ua1z_9yrdUI/AAAAAAAAEZ0/u10YcLsy99E/s1600/la+liste+de+mes+envies.jpg

 

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_165734.jpg

 

Rechercher

Rubriques

BD

 

blabla.png

 

rentree.png

 

logochallenge3-copie-1.png

 

logorl2013

 

movies.png

 

Romans.png

 

swap.png

 

tag.png

Je suis aussi sur...

http://lecran.org/wp-content/uploads/2011/12/facebook-logo.png

 

logo liv

 

http://img.hellocoton.fr/fr/logo.gif