Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 11:07

Ce livre nous a été vivement conseillé par l'une de mes profs de communication afin de nous aider à comprendre l'expression "garder la face", "perdre la face", notions que nous étions en train d'étudier en cours. J'ai donc sauté sur l'occasion et j'ai décidé de men lancer dans la lecture de ce livre tout d'abord parce que le résumé m'intéressait et m'intriguait et parce que ce livre me permettrait peut-être aussi de comprendre mon cours, d'aller plus loin. 

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv31884279.jpgLe 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand tue sa femme, ses enfants, ses parents et tente lui-même, en vain, de se suicider. Durant 18 ans, cet homme a menti. En effet, il a fait croire à tout le monde qu'il faisait des études de médecine, puis plus tard, qu'il était médecin à l'OMS. Il a également escroqué sa famille et sa maitresse afin de pouvoir mener le vie qu'il disait avoir. Près d'être découvert, il a préféré supprimé ceux dont il ne pouvait supporter le regard. Il a  été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. 

L'auteur, quant à lui, va tenter de nous liver un témoignage objectif, de raconter la vie de cet homme, d'imaginer ce qu'il faisait durant "ces journées de travail", de comprendre, tout simplement.

 

Pour ma part, je n'avais jamais entendu parlé de cet homme, de cette histoire (et pour cause, j'avais un an!). Mais lorsque ma prof nous a fait un bref résumé, j'ai réellement été intriguée par cette histoire, assez surréaliste il faut le dire! Je me suis plongée dans ce livre et je dois dire que je l'ai vraiment trouvé poignant, choquant, marquant. 

 

Le point fort de ce livre, c'est qu'il s'agit d'un témoignage et non pas d'un fait divers romancé. Ainsi, l'auteur s'est intégré au récit et on voit que le "je" revient de manière récurrente. Emmanuel Carrère a réalisé un véritable travail d'enquête et tout au long de ce récit, il nous livre ses interrogations, ses craintes, et la manière dont il a abordé Jean-Claude Romand. On retrouve ainsi quelques lettres, des témoignages, des parties du procès. Il revient également sur la jeunesse du protagoniste, sur ces longues heures durant lesquelles il était censé travailler durement, sur sa vie familiale, sur sa liaison extra-conjugale. Son ton est neutre, objectif, respectueux. On voit clairement que l'auteur ne cherche pas à juger, mais à comprendre ce qui a pu se passer dans le tête de cet homme, comment on peut en arriver là et pourquoi.  

Et finalement, on a plutôt du mal à comprendre, comment, pourquoi et c'est peut-être l'un des points faibles de ce témoignange. Parce que, même si cet homme passe pour quelqu'un de gentil, d'humain, on ne peut oublier qu'il a quand même menti, escroqué et tué ceux qu'il aimait. Finalement, je ne suis pas arrivée à comprendre ce qui l'a poussé à faire tout cela. Il voulait certainement la gloire, la reconnaissance et la fierté de ses proches, mais est-ce réellement suffisant? D'où vient réellement ce mal? Et puis, j'ai du mal à comprendre comment personne, dans son entourage, n'a pu s'interroger, n'avoir de doutes, ne serait-ce qu'une seconde... Il faut dire aussi que l'homme est "très fort" et qu'il a réellement su berner tout le monde. Il a ainsi su garder la face durant des années, mais lorsqu'il l'a perdue, tout s'est effondré.

 

En bref

Il s'agit de bien plus qu'un roman : c'est un témoignage poignant, marquant, intrigant au point de vue neutre et objectif.  A découvrir!

 

 

"Je n'ai jamais été aussi libre, jamais la vie n'a été aussi belle. Je suis un assassin, j'ai l'image la plus basse qu'il puisse exister dans la société, mais c'est plus facile à supporter que les vingt ans de mensonge d'avant."


 

Folio, 220 pages, 2001

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 19:13

J'ai découvert ce livre grâce au blog de Noukette, qui avait fait une critique tant élogieuse à l'égard de ce roman que j'ai eu une subite envie de le lire, et vite! Et puis j'ai été emportée dans le tourbillon de ma vie et j'ai perdu mon rythme de lecture et finalement le pauvre livre est resté un moment sur ma PAL. Enfin bref, c'est un beau roman, certes, mais pour moi, il a manqué un petit je ne sais quoi... 

 

http://img.over-blog.com/174x300/3/23/01/40/Romans/Les-chaussures-italiennes.jpgDepuis environ douze ans, Frederik Welin, soixante-six ans, vit reclus sur sa petite île au coeur de la Baltique et partage sa vie avec son chien et sa chatte. Les seuls contacts humains qu'il entretient sont réalisés avec Jansson, le facteur de cet archipel, hypocondrique et poncutel.

Alors, me demanderez vous, qu'est-ce qui pousse ce vieil homme à accepter cette condition d'existence misérable? Ca... Il faudra lire le livre! Toujours est-il, qu'un beau jour, il voit débarquer sur la glace une vieille femme avec un déambulateur. Il la reconnait tout de suite. Cette femme, c'est Harriet, son amour de jeunesse, l'amour de sa vie, la femme qu'il a abandonné du jour au lendemain et ce, sans explications... Et 37 ans plus tard, elle lui demande de tenir la promesse que Frederik lui a faite.   

 

Bon, ce livre, ça fait des semaines que je le traine tel un fardeau, pourtant (loin de moi cette idée), je n'ai pas détesté ce roman, j'ai juste eu des partiels, des cadeaux de Noël à acheter, du travail en perspective, des dossiers à rendre, et j'en passe... Non, ce livre je l'ai plutôt aimé, mais ce n'est pas une révélation, ni même le meilleur livre que j'ai pu lire cette année.

 

En fait, je dois vous l'avouer, parfois je me suis un peu ennuyée, et notamment au début, parce que je me suis réellement demandé ce qui allait se passer, quand est-ce que l'histoire allait commencer, où est-ce qu'elle allait me mener... Bon une fois ces quelques longueurs passées, j'ai plutôt aimé cette histoire un peu décalée. Cependant, l'écriture m'a parrue totalement froide, et un peu trop pudique. Je trouve que c'est un livre qui manque un peu de sentiments.

Dommage allez vous me dire également, mais le personnage central m'a beaucoup agacée par sa froideur, son manque de sentiments, sa lâcheté, son égoïsme aussi... Oui, je lui trouve beaucoup de défauts, mais sérieusement, ce personnage est complètement à l'opposé des autres. 

J'ai quand même aimé les autres acteurs de ce roman qui m'ont tous beaucoup marqué...

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le personnage d'Harriet par sa force, sa détermination, son envie d'aller au-delà des choses. Son caractère m'a beaucoup émue, et je crois que, sans mentir, j'ai même envié les traits de sa personnalité.

Ensuite, j'ai beaucoup aimé le personnage de Louise parce qu'elle est totalement décallée, et puis, parce qu'elle ressemble aussi beaucoup à sa mère, Harriet. C'est un personnage haut en couleurs, en émotion, un personnage qui sait ce qu'il veut, un personnage qui souhaite révolutionner le monde et ses injustice... 

On rencontre aussi lors de cette lecture Agnès et ses ados terribles, Agnès et son courage terrifiant, Agnès et son envie de faire le bien... Peut-être est-ce d'ailleurs le personnage que j'ai le plus aimé dans ce roman, parce qu'elle en a vécu des choses, et malgré tout, elle ne s'apitoie sur son propre sort comme c'est le cas de Frederik. Au contraire, elle sort la tête de l'eau en aidant ceux qui en ont besoin, elle sait pardonner et accepter... 

Non franchement, dans ce livre, on rencontre énormément de personnages positifs, parfois décallés, mais tellement attachants! 

 

Malgré tout, j'ai beaucoup aimé l'histoire, qui est presque surréaliste. On se laisse emportée par ces personnages un peu détruits, on a envie de les aider, de croire à leur sort...

Ce livre aborde aussi un nombre considérable de thèmes tels que le pardon, la lâcheté, le deuil, les liens de parenté, l'ambition, ... Et ceux-ci m'ont amené à me poser beaucoup de questions. 

 

 

En bref

Bilan plutôt mitigé donc, à cause d'une erreur de casting, et puis à cause d'une écriture qui m'a un peu refroidie... Malgré tout, j'ai beaucoup aimé l'histoire qui aborde beaucoup de thèmes interessants, et qui suscitent beaucoup de questions. 

 

 

"La plus belle promesse de ma vie, c'est celle que tu m'as faite quand tu m'as dit que tu m'emmènerais jusqu'à ce lac dans la forêt. Alors je veux le voir de mes yeux et rêver que je m'y baigne avant qu'il ne soit trop tard."

 

 

Points, 2011, 372 pages

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 16:23

J'ai reçu ce livre durant mon premier swap. J'en profite donc pour remercier Pomm, parce que sans elle, je serais très certainement passée à côté de ce livre. 

Ce livre me permet également de faire mes premiers pas dans la littérature italienne que j'avais envie de découvrir, tout simplement parce que l'Italie est un pays que j'affectionne vraiment... 

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv35516133.jpgMattia et Alice sont deux êtres solitaires et mal dans leur peau. Exlclus de la société, chacun se reconnait dans la solitude de l'autre. Tous les deux marqués par un souvenir d'enfance  traumatisant, ils vont entamer une relation bancale, mais néanmoins forte durant leur adolescence, qui continuera également dans leur vie d'adultes. Tous les deux entretiendront des passions différentes: les mathématiques pour Mattia et la photographie pour Alice, afin de les maintenir en vie. Mais rien n'y fait, rien ne comble ce profond malaise qui les habite.

 

Bon, autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré ce livre sombre, d'une tristesse inouïe, tout simplement parce que c'est une histoire qui m'a vraiment touchée. J'écris cette chronique et je me rends compte que j'ai un mal fou à parler de ce livre, pourtant je viens tout juste de reposer ce livre... Peut-être parce que ce n'est pas un livre dont on parle, mais juste un livre où l'on apprécie les mots...

L'auteur aborde des thèmes délicats tels que l'anorexie, l'automutilation, la solitude... Autant de thèmes qui rendent ce livre à la fois dur et poignant. On ne ressort pas de cette lecture le coeur léger, mais c'est un livre à découvrir malgré tout!

Ca faisait bien du temps que je n'avais pas tourné les pages d'un livre aussi rapidement. Et là, les 200 dernières pages du livre ont été tournées avec une vitesse absolue (hé oui c'est ça de prendre le temps de lire chez Papa-Maman!). Peut-être que ce livre m'aura un peu redonner le gout de la lecture, enfin je l'espère. 

 

Les premiers chapitres mettent mal à l'aise et racontent l'enfance de ces deux personnages. Pourtant, j'ai tout de suite été émue aux larmes. On découvre alors deux êtres solitaires, tristes, et ce dès leur plus jeune âge. Confrontés à un profond mal qui les suivra durant tout leur vie et qui fera d'eux des exclus de la société. Ce profond mal, qui, permettra malgré tout aux deux personnages de se rejoindre, et d'entretenir une relation complètement étrange, que l'on ne pourrait pas réellement qualifier d'amitié. Pourtant, un fil invisible les relie, les unit et celui-ci s'avère être indestructible. 

 

J'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur, car il utilise beaucoup de métaphores, même si celles-ci sont souvent mathématiques, et que moi, en tant que pauvre littéraire, on ne peut pas dire que ce soit vraiment mon truc! Mais l'écriture de Paolo Giordano glisse, se laisse lire avec facilité... Se laisse apprécier tout simplement! 

 

Je me suis vraiment attachée à ces deux personnages, à leur histoire et à leur relation qui n'a pourtant rien d'enviable. Mais on ressent le besoin pressant de les aider, de les épauler. Les deux histoires de ces personnages sont touchantes, et je crois qu'il est difficile de dire si l'une ou l'autre des histoire m'a plus touchée. J'ai lu l'histoire de ces deux personnages, j'ai pleuré en lisant ces mots, ces vies gâchées, en voyant à quel point les autres peuvent être cruels...

 

Un seul bémol malgré tout: je n'ai pas aimé cette fin qui n'en est pas vraiment une! J'aurais certainement aimé quelque chose de plus tranché que cela... Mais c'est bien le seul que j'ai trouvé.

 

En bref

C'est un livre émouvant, d'un tristesse infinie, qui m'a fait versé plus d'une larme. J'imagine bien que ce livre pourrait ne pas plaire à plus d'un, parce qu'il n'est pas gai, mais non, vraiment, si je n'ai qu'un conseille à vous donner, c'est foncez! 

 

"On tombe sur des nombres premiers de plus en plus isolés, égarés dans cet espace silencieux et rythmé, constitué de seuls chiffres, et l'on a le pressentiment angoissant que les couples rencontrés jusqu'alors n'étaient qu'un fait accidentiel, que leur véritable destin consiste à rester seul. Mais au moment où l'on s'apprête à baisser les bras, découragé, on déniche deux autres jumeaux, serrés l'un contre l'autre. [...] Mattia pensait qu'Alice et lui étaient deux nombres premiers jumeaux, isolés et perdus, proches mais pas assez pour se frôler vraiment."

 

Points, 343 pages,2009 

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 12:04

J'ai reçu il y a peu de temps les Vaches de Staline et du coup j'ai voulu relire Purge, afin de me replonger dans cet univers. J'avais vraiment apprécié la première lecture, mais j'avoue que la seconde n'a fait qu'emplifier mon ressenti...

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv47575678.jpgEn 1992, alors que le communisme vient de s'effondrer, l'Estonie devient libre et indépendante.

La vieille Aliide Tru vit dans ce pays, terrée dans sa maison, au fin fond de la campagne, où elle craint les pillages.

Et puis, un beau jour, Zara vient perturbée son existance si tranquille... En effet, une jeune femme se trouve dans son jardin, évanouie et sale. Zara apprend à la vieille femme, dans un ancien estonien, qu'elle fuit un homme qui la terroriser complètement. Aliide la recueille, au début avec une certaine méfiance, et petit à petit, les deux femmes commencent à parler de leur passé respectif, de leurs vies respectives.Ce passé qui eveillera des souvenir douloureux aux deux femmes, bien que leurs vies soient différentes. Et puis surtout, Aliide l'ignore, mais ces deux femmes sont liées par le sang.

 

Je viens de terminer ce livre et je me demande vraiment comment je vais pouvoir vous en parler, tant ce recit est complexe, mais aussi fort.

C'est un livre qui se tisse au fur-et-à-mesure, avec cinq parties bien distinctes.

 

On tombe ainsi dans un huit-clos totalement passionnant, intriguant mais aussi un peu angoissant et parfois complètement glauque. En effet, tout le long du livre,on découvre via des flash back les violences que des hommes leur ont fait subir. On passe d'un niveau de langue commun à familier, voire même vulgaire, ce qui est parfois vraiment déroutant. On tourne aussi les pages en se demandant quel lien peut vraiment unir ces deux femmes qui ont pourtant l'air si différentes l'une de l'autre.

 

On apprend le passé d'Aliide l'histoire de l'Estonie pendant et après la guerre, mais aussi les interrogatoires, les violences faites aux femmes et aux petites filles. C'est une partie de l'histoire qui m'était totalement inconnue. On apprend aussi que cette femme a joué un double jeu toute sa vie car elle était secrètement amoureuse d'Hans le mari de sa soeur Ingel. Elle a du vivre avec eux et leurs recoulements, puis avec lui et son envie de revoir sa femme et sa fille. On découvre les envies d'Aliide, ses espoirs de vivre avec Hans, sa vie avec son mari Martin.

Le passé de Zara n'est pas bien plus heureux... La jeune femme part vivre en Allemagne en espérant faire fortune, mais elle tombe dans la prostitution. Ses flash back racontent les violences des clients, de son proxénète. Les mots sont vrais, durs, criants. Mais ces flash back parlent également de sa vie avec sa mère qui semble sans coeur et sa grand mère perdue dans son passé.

 

On s'accroche à ces deux personnages qui sont à la fois complexes, pudiques, ou intriguantes. Mais j'avoue que j'ai eu un petit coup de coeur pour Zara quand même... Peut être parce qu'Aliide est une femme pudique et qu'il faut parfois interpréter ses paroles, ses gestes...Alors qu'avec Zara tout est clair aussi bien dans son comportement que dans ses pensées.

 

Je dirai que le seul point négatif de ce roman, c'est sa complexité... Je pense qu'un petit rappel historique ne fait pas de mal avant de se lancer dans ce récit. De plus, la fin m'a un peu déçu, et notamment ces rapports top secrets qui sont un peu ennuyeux...

 

En bref

Malgré tout, Purge est un livre complexe mais il mérite d'être lu! L'écriture de l'auteure est absolument géniale, et je pense qu'il n'y a pas d'autres mots!

 

 

"Il faut que j'essaye d'écrire quelques mots, pour ne pas perdre la raison, pour garder l'espoir d'aplomb. Je cache mon cahier ici, sous le sol du cagibi. Afin que personne ne le trouve, quand bien même on me trouverait, moi. Ce n'est pas une vie. L'être humain a besoin de ses semblables et de quelqu'un à qui parler"


 

Editions Stock (La Cosmopolite), 408 pages, 2010

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 21:13

Je manque réellement de temps parce que la fac a repris, ma vie a repris son cours aussi... Et du coup, je n'ai plus une seule seconde pour moi, et pour me plonger dans un livre. Même si j'ai mis presque trois semaines à terminer ce roman, je dois vous dire que j'ai réellement A-DO-RE! Et pourtant... Ce n'est pas du tout le genre littéraire auquel j'adhère.

 

http://storage.canalblog.com/94/70/591737/67690753_p.jpgPour éviter de révéler toute l'histoire, je préfère me contenter du résumé de l'éditeur.

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets... Un sérial killer assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom... 

La seule victime encore vivante du tueur se réveille, amnésique, après cinq ans de coma. 

Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moins férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, quelques clins d'oeil à Seven et à The Ring... et vilà le thriller le plus rock'n roll de l'année!

Diffusé anonymement sur Internet en 2007, ce texte jubilatoire est vite devenu culte. Après sa publication en Angleterre et aux Etats-Unis, il a connu un succès fulgurant. 

 

Waouh! Quelle histoire! Quel roman! Je suis vraiment "sous le charme" de cette lecture, complètement déjantée, assez improbable, mais tellement fascinante. Non vraiment ce livre est une réelle pépite. Il est excellent! Et je dirais même que ce livre est un sacré coup de coeur! 

J'avais découvert ce livre sur beaucoup, beaucoup de blogs, et j'avoue que j'étais assez intriguée, et aussi impatiente de découvrir cette histoire! Dès que ma libraire me l'a mis entre les mains j'ai eu une subite envie de me plonger dedans!

 

En premier lieu, j'ai aimé cette couverture sombre, et intriguante... Un peu angoissante aussi! Oui, il s'agit d'un livre sans nom, publié anonymement... Ca met tout de suite dans l'ambiance! D'autant plus, quand on lit le résumé, on se rend compte que les personnages lisent eux aussi ce livre sans nom, anonyme, ce qui est assez excitant.

Et puis, dès les premières pages, on tombe dans un univers glauque, où la violence est racontée avec un humour très très noir! On entre dans l'histoire avec une grande facilité, et sur les 100 dernières pages, il m'était impossible de lacher ce livre! On y trouve également beaucoup de références cinématographiques, musicales et télévisuelles qui sont assez sympatiques à lire. Et puis les personnages... 

 

Les personnages sont à la fois drôles pour certains, intriguants pour d'autres, déjantés, ou caricaturés. Mais j'avoue que ce mélange est tout à fait réussi. Dans cette ville, et surtout dans le bar de Sanchez, personne ne boit de boisson non alcoolisée. C'est même ainsi qu'on reconnait les inconnus. Oui, dans cette ville, les personnages sont souvent, très souvent ivres... On suit ainsi l'histoire de plusieurs personnages tous aussi pourris et loufoques les uns des autres. Au final, on ne trouve pas un seul gentil dans ce livre, mais une multitude de méchants... très très méchants! Les barmans sont épuisés de ramasser des cadavres et de nettoyer leurs bars trop souvent. Mais le meutrre est chose courante à Santa Mondega... Tout le monde tue tout le monde, et personne ne se soucie de rien. Je me serais presque cru en train de revoir certaines scènes d'un Kill Bill... Notamment le combat final du volume 1...

 

La plume de l'auteur est tout à fait fluide, et souvent grossière, mais encore une fois, je dirais qu'elle nous fait bien entrevoir l'atmosphère qui règne dans cette ville. L'auteur est également assez surprenant car il arrive avec une facilité déconcertante à nous faire changer d'avis sur tel ou tel personnage sans mal. Ca a été le cas pour l'inspecteur Somers par exemple, ou même pour Jessica ou Dante, ou pour les moines, qui changent du quite au double en arrivant dans cette ville nouvelle. 

 

Une petite chose qui m'a un peu déplue quand même (il en faut) c'est que ce polar tourne parfois un peu trop au fantastique. En effet, certains personnages s'avèrent être des vampires, des seigneurs des ténèbres, ... Et pour être franche, ce n'est pas du tout le genre d'histoires que j'apprécie. Néanmoins, ce "côté" là est très peu développé et ce n'est pas la principale chose que j'ai retenu de ce livre! 

 

En bref

Ce livre est donc pour moi une très agréable découverte, farfelue et originale. Si vous avez envie de vous vider la tête avec un livre complètement rock'n roll... Lisez le livre sans nom... 

 

 

"Berkley se souvenait de la dernière fois où le Kid était entré dans son bar. Il lui avait servi un verre de bourbon sans même y réfléchir. Après tout, comment aurait-il pu savoir que cet homme avait un très gros problème avec l'alcool? A l'instant même où il avait finir son verre, le Kid avait été pris d'une fureur sanguinaire et avait massacré tout le monde, à l'exception de Berkley, qu'il avait chargé de continuer à le servir pendant près d'une heure."


 

Le livre de poche, 509 pages, 2011

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 12:14

J'ai croisé ce livre de nombreuses fois sur des blogs et les avis disaient, en général, de bonnes choses de ce livre... En le voyant donc dans ma petite médiathèque, j'ai sauté sur l'occasion et je me suis empressée de la prendre... 

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/1/2/9782843045219.jpgLe jeune Arnljòtur s'aprête à quitter le domicile familial, pour travailler dans une roseraie abandonnée d'un monastère, laissant derrière lui son vieux père et son frère jumeau autiste. Il prend donc la route pour un endroit que l'on ne connait pas et croise ainsi plusieurs personnes à qui il va raconter sa vie, son enfance, ses souvenirs...

On apprend ainsi que le personnage a perdu sa maman avec qui il partageait sa passion du jardinage et des roses.

On apprend également que ce jeune homme de 22 ans a une petite fille de 7 mois, mais qu'il ne connait pas réellement la mère, Anna. Ils se sont juste aimé un petit bout de nuit, et il l'a mise enceinte innocemment... 

Arrivé à la roseraie, le jeune homme se met très vite au travail et rencontre le frèreThomas, un moine cinéphile à qui il racontera ses peurs, ses doutes. Mais sa vie dans ce village tranquille sera perturbée par l'arrivée d'Anna et de sa petite fille.

 

Bon, pour être franche, ce roman a été pour moi une très grande déception et je crois que je vais avoir beaucoup de mal à dire quelque chose réellement de ce livre!

J'ai lu ce livre sans plaisir et je me suis vraiment forcée à entrer dans l'histoire. Et ce, uniquement parce que j'avais lu de bons avis sur le monde de la bloggosphère.Sans cela, je pense que je l'aurai très vite abandonné.

 

Pour moi ce livre a été d'un ennui immense et j'ai trouvé ce roman très plat! Il ne se passe pas grand chose avant la page 120, environ... En effet, l'histoire tourne essentiellement sur des questions culinaires que le père du protagoniste se pose, sur l'opération que le protagoniste subit, sur des rencontres qui m'ont semblées sans intérêt...Enfin toute l'histoire se déroule avec trop de lenteur.

 

Le protagoniste se pose trop de questions, parfois absurdes. J'ai trouvé ce personnage un peu trop égoïste parfois aussi, puisque celui-ci ne se pose que des questions sur lui-même. Il ne semble pas s'intéressé aux autres et au monde qui l'entoure. Il est assez ingrat avec son père et son frère. Il ne voit sa fille que très peu souvent... C'est, en fait, un personnage qui m'a beaucoup agacée.

 

Pour moi, l'histoire ne commence que lorsque Anna et leur fille arrive... Là, l'histoire a commencé à prendre de l'intérêt, puisqu'on voit une nette transformation d'Arnljòtur. Le personnage naïf et soucieux commence à prendre son rôle de père au sérieux, et grandit, de manière générale.

 

Malgré tout, j'ai beaucoup aimé l'écriture de l'auteure. C'est une écriture légère, simple et pudique. Les chapitres sont courts et bien structurés.  Mais c'est le seul point positif que je trouve à cette lecture.

 

 

En bref

J'attendais beaucoup de ce roman, et j'ai été vraiment déçue par celui-ci... Il m'a parru trop lent, trop plat. Les personnages ne m'ont pas touchée, ne m'ont fait éprouvée aucun sentiment... Une grande déception donc!

 

 

"Maintenant que nous avons été ensemble témoins d'un accident mortel, on peut dire que nous avons derrière nous une expérience commune de la vie. J'ai partagé en outre avec elle mon expérience de la naissance d'un enfant. Au total, notre vécu au cours de ces six dernières heures, côte à côte dans la voiture, couvre les deux évènements les plus importants de la trajectoire de l'homme: la naissance et la mort, le début et la fin."


 

Zulma, 333 pages, 2010

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 14:44

Découvert ici et là sur des blogs, et sur livraddict, j'avoue que ce livre m'avait totalement intriguée pour plusieurs raisons divers et variées... Je me suis donc lancée dans ce livre afin de répondre à mes interrogations...

Et puis, j'éprouve toujours un réel plaisir à lire des romans épistolaires, je l'ai déjà dit mais bon... Mais celui-là s'avère être un peu plus moderne que d'autres... Mais c'est une grande grande réussite pour moi!

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782253157304.jpgEmmi et Léo ne se connaissent pas et ne se sont jamais vus. Tout commence avec une erreur, de la part d'Emmi, qui envoie un simple "J'aimerai résilier mon abonnement" par e-mail à Léo Leike. Puis, sans réponse de son interlocuteur, Emmi renvoie un second puis un troisième message électronique sans se rendre compte que l'adresse qu'elle a tapé n'est pas la bonne. Devant l'insistance de son interlocutrice, Léo l'informe de son erreur... Et les deux personnages commencent à échanger, à se connaitre. Emmi est une femme "mariée et heureuse", mère de deux enfants. Léo quant à lui est célibataire mais ne se remet pas vraiment de ses nombreuses ruptures avec Marlene. Tous les deux vont échanger au début de simples mails, plutôt banals, et ce, jusqu'à en devenir accros... Jusqu'à ne plus pouvoir se passer l'un de l'autre... Mais tous les deux ne désirent se rencontrer et souhaitent malgré tout faire durer cet échange virtuel... Où cela va-t-il les mener?

 

Hé bien, je ne sais toujours pas! Et je suis restée un peu sur ma faim, ce qui m'a un peu déçue, mais ce qui me rend terriblement impatiente de découvrir la septième vague!

J'avoue que le début ne m'a pas tant "botée" que cela, parce qu'au final, on pourrait presque résumer cette correspondance à un simple chat. Puis, au fur et à mesure des pages, je n'arrivais plus à sortir de ce roman. Il fallait que je le lise, que je le lise, même si mes yeux se fatiguaient, même si j'arrivais au travail, même si tout... Mais il fallait que je connaisse la fin, que je sache où ces e-mail allaient mener les deux personnages... Je lisais donc ce livre à toute vitesse, je passais d'un mail à l'autre, impatiente... Je crois que c'est même quelque chose de plutôt rare, en ce qui me concerne ...

J'ai aimé découvrir le les personnages en même temps que les deux correspondants, car il faut le dire, on ne sait rien d'eux avant avoir lu plusieurs pages...

 

Les personnages sont à la fois touchants, attachants et énervants... Et je dois dire aussi, qu'Emmi n'est pas un personnage qui m'ait vraiment plu! Elle mène une double vie, elle est plutôt posséssive, jalouse, lunatique, elle aime avoir raison... Enfin c'est un personnage de caractère! Mais elle sait aussi être une femme romantique, attentive et très sensible...Léo, lui, est plus discret, plutôt drôle, même s'il n'a pas vraiment le sens de l'humour... Enfin sans vraiment pouvoir l'expliquer très précisément, Léo est un personnage qui m'a beaucoup plus intéressé. Mais j'ai beaucoup apprécié découvrir avec leur défauts et les qualités... Deux personnages bien réels somme toute!

C'est un livre très original, mais finalement, l'histoire pourrait arriver à n'importe qui... Qui ne s'est jamais trompé en envoyant un e-mail? L'auteur manie à la perfection ces échanges! On passe à de petits mails de quelques mots, à de longs mail, qui sonnent un peu comme de longues déclarations d'amour...

 

En bref

Ce style moderne m'a fait chaviré.... J'en veux encore et encore! Je veux connaitre enfin la fin! Et je pense que j'aurais beaucoup, beaucoup de mal à attendre! En un mot, filez vite dans votre librairie, et procurez vous Quand souffle le vent du nord...

 

 

"Léo, je pense sans cesse à vous. Vous occupez quelques milimètres carrés de mon cerveau (ou de mon cervelet, ou de mon hypophyse, je ne sais pas dans quelle partie du cerveau on pense à quelqu'un comme vous). Vous y avez planté votre tente. Je ne sais pas si vous êtes celui que vos mails laissent deviner. Même si vous ne lui ressembliez qu'un peu, vous seriez déjà exceptionnel."

 

 

 

Le livre de poche, 348 pages, 2011

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 00:00

Il ne m'en restait que deux à découvrir de Mathias Malzieu... Je me lance donc dans la Mécanique du coeur, qui trainait depuis quelques temps sur ma Pile à Lire, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs... On me l'a souvent conseillé, ou déconseillé, en librairie... Il était temps que je me fasse mon propre avis! Encore une fois, Mathias Malzieu nous transporte dans un joli univers, un peu surréaliste... Mais ça reste une bonne lecture lecture!

 

http://www.images-booknode.com/book_cover/4/la-mecanique-du-coeur-3747-250-400.jpgJack est né à Edimbourg, en 1874, le jour le plus froid du monde, dans la maison de Madeleine. Cette dernière est une sage femme qui "met au monde les enfants des prostituées, des femmes délaissées, trop jeunes ou trop infidèles pour donner la vie dans le circuit classique".  Cette femme mettra au monde des centaines d'enfants délaissés, qu'elle tentera de faire adopter. Mais la naissance de Jack s'avère être un peu différente, car le petit garçon nait avec le coeur gelé, et celui-ci se brise immédiatement. Madeleine le remplace alors par une horloge, ce qui sauvera Jack.

Mais vivre avec n'est pas une chose facile! Jack ne trouvera jamais de parents adoptifs car le bruit de son horloge-coeur effraie. Il doit également remonter chaque jour le mécanisme de son horloge... Il doit éviter toutes colères. Mais surtout, il ne doit jamais, au grand jamais tomber amoureux, car l'amour briserait à tout jamais la mécanique de son coeur...

Mais Jack désire découvrir le monde... Et malgré les recommendations de sa "mère adoptive", il a le coup de foudre en voyant la jeune Miss Acacia, une chanteuse andalouse... Cette dernière voyage pour vivre de la musique et Jack la suivra et l'aimera où qu'elle soit...

 

J'ai eu un peu de mal à rentrer de l'histoire, je l'avoue... C'est d'ailleurs la raison qui explique le nombre de jours passés à lire ce tout petit roman. Mais une fois dedans, on ne peut en sortir... Et en sortir sans se poser de questions. Peut-on vivre sans son amour? Doit-on vivre dans la vérité ou dans le rêve? A quelle point devons nous protéger les uns des autres?

Une fois encore, on se laisse transporter avec aisance dans l'univers, à la fois doux et sombre, de Mathias Malzieu, avec ce très beau conte pour adultes. Ce conte si touchant et poétique de nouveau, où l'amour est à l'honneur. On passe par tous les stades des sentiments... La joie, le rire, la tristesse, la jalousie... La colère et la déception aussi.

L'auteur va droit au but, et ne passe pas par des tours et des détours... On suit tout au long la quête de Jack, qui est de retrouver Miss Acacia, et de passer la fin de sa vie avec elle...

 

C'est ainsi une très belle histoire d'amour avec deux personnages très différents l'un de l'autres... Miss Acacia a la tête sur les épaules, et voudrait que Jack cesse de rêver... 

Miss Acacia n'est pas un personnage que j'ai vraiment apprécié d'ailleurs, car elle manque parfois un peu d'espoir, de joie...

Tout au long de cette histoire, on rencontre des personnages tout aussi farfelus les uns que les autres... Mais ces personnages n'ont pour seul objectif de rendre le petit Jack heureux. On rencontrera alors au fil de cette quête Méliès, qui lui sera une aide précieuse, puisqu'il sera un parent, un réconfort, un espoir. Et puis bien sûr, Madeleine, qui est un personnage réellement touchant. Elle a ce rôle de "mère-poule" et veut garder Jack loin de tous les problèmes d'amour, de coeur... Et puis aussi de cette vie, qui peut parfois être tellement compliquée!

 

En bref

Malgré tout, je suis l'avis de certains libraires... Ce petit roman n'est pas le meilleur de l'auteur... L'usage de certains mots m'a parfois déplu, d'autant plus que cette histoire se déroule au XIXe s. Sa petit merveille reste pour moi Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi... Peut-être parce qu'il m'a beaucoup plus parlé...

J'ai quand même hâte de découvrir le film d'animation!

 

 

"Je t'aime de travers parce que je suis un détraqué du coeur de naissance. Les médecins m'ont formellement interdit de tomber amoureux, mon horloge-coeur étant trop fragile pour y résister. J'ai pourtant mis ma vie entre tes mains parce qu'au-delà du rêve, tu m'as donné une dose d'amour tellement forte que je me suis senti capable de tout affronter pour toi."

 

 

J'ai lu, 156 pages, 2009


 

Finissons avec un peu de musique...

 


Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 21:18

Après avoir adoré et dévoré la délicatesse, j'ai eu envie de lire plus de Foenkinos, car j'avais apprécié avant tout son écriture et son humour. J'étais plutôt attirée par le potentiel érotique de ma femme, puis Sarah m'a parlé de Nos séparations... Et puis, j'aimais beaucoup le résumé aussi... J'avoue qu'une seconde fois, je ne suis pas déçue par cet auteur.

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv15932340.jpgFritz et Alice s'aiment mais passent leur vie à se séparer pour diverses raisons: les parents de l'un et de l'autre, les dents, les collègues, les amis, une histoire de cravate, les études de Fritz aussi... Puis ce dernier décroche un stage qui se termine par une embauche chez Larousse. Pour Alice -qui vient d'une bonne famille, où les nombreuses études de son compagnon sont mal vues - ce poste est idéal de le présenter enfin! Puis tout bascule. Tout au long du roman, nous suivons les séparations de ces deux personnages, mais aussi les rabibochages, les nouvelles rencontres de l'un et de l'autre, mais tout cela par la voix de Fritz.. Fritz et ses nombreuses conquêtes féminines: Fritz avec sa maîtresse Céline, Fritz avec sa femme Iris, mais surtout Fritz avec Alice.

 

J'ai vraiment passé un très bon moment avec ce roman. On peut dire que ce n'est pas un roman où l'on s'ennuie... Car la vie de Fritz est bien animée.

C'est un livre qui parle d'amour, mais sans être trop à l'eau de rose. Il y a beaucoup de clichés, comme la demande en mariage, la maîtresse qui décide de réveler à la femme le jour même du mariage leur liaison avec Fritz, le coup de foudre et j'en passe. Mais tous ces clichés sont abordés avec désinvolture et humour. 

J'ai pouffé de rire plus d'une fois, car l'humour de Foenkinos me fait fondre! On remarque que certaines petites idées toutes faites reviennent sans cesse, comme par exemple cet histoire étrange sur les polonais (que je n'ai d'ailleurs pas compris!). Mais il y a aussi ces petites expressions qui m'ont fait rire comme "chacun ses...".

Et puis bien sûr, toutes ces biographies étranges sont plus ou moins drôles, mais apportent beaucoup de charme à la lecture.

 

Fritz ne m'a jamais émue, mais il m'a fait sourire voire même beaucoup rire! Car il faut le dire, Fritz est parfois un peu étrange comme garçon (il trouve souvent des conincidences absurdes) et il est souvent maladroit, trop maladroit avec ses conquêtes! Ce ui explique peut-être les nombreuses séparations avec Alice, qui elle, est un peu plus équilibrée, a un peu plus la tête sur les épaules.

 

J'ai beaucoup aimé le début du roman car je me suis un peu reconnue là dedans (me voilà en train d'envoyer un SMS à mon colloc' pour lui dire "je crois qu'un auteur nous a observé secrètement et à écrit un livre sur nous"... Ces petites chamailleries m'ont semblées tellement naturelles!

La seconde partie du roman, cependant, piétine un peu... Certains passages m'ont semblé un peu long, mais bon... On ri toujours autant!

J'avoue qu'on est loin, très loin même, du niveau de La délicatesse. Pourtant ces deux romans ont plus d'un point commun. Mais il manquait dans Nos séparations un petit quelque chose que je ne saurais expliquer vraiment.

 

En bref

Je vous rassure, il n'est pas question seulement de légerté... Fritz vit très mal sa séparation avec Alice, tout comme Céline qui n'assume pas de plus avoir d'amant. Malgré tout, c'est un roman frais, qui se lit avec beaucoup de facilité et qui met du baume au coeur.

 

 

 

" J'aimais alors tenir sa nuque comme s'il s'agissait de son coeur. On se voyait pendant la pause déjeuner, dans un hôtel près du bureau. Parfois, nous apportions un bouteille de vin, ou du champagne, et nous trinquions à la santé de notre plaisir. C'était fou, c'était bon, c'était enfantin. "

 

 

Folio, 218 pages, 2009

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 18:55

Ce livre m'a tant été conseillé que je n'ai même pas lu le résumé quand je me suis rendue dans ma petite librairie... Chose rare! Après avoir découvert Delphine de Vignan avec les Heures souterraines, que j'avais adoré, je me suis lancée dans No et Moi avec beaucoup d'entrain... Et cette lecture, m'a complètement boulversée!

 

http://img.over-blog.com/360x600/0/14/34/25/livres-films/no-et-moi.jpgLou Bertignac est une jeune fille sudouée et introvertie, qui multiplie les expériences et les théories, sur tout et rien. Lou n'a pas vraiment d'amis, mais elle est envoutée par le beau Lucas, un brin insolent, nonchalant... Tout son contraire! Elle est élevée dans un milieu un difficile, avec une mère dépressive, suite au décès de sa petite soeur, mais elle est par contre assez proche de son père, qui tente de rétablir un équilibre dans leur famille.

Lou choisit, sans réfléchir vraiment, le thème les sans abris pour un exposé oral, et souhaite recueillir un témoignage. Elle rencontre alors No, dans une gare de Paris où elle aime errer, une jeune fille sans abris avec qui, au fil des rencontres, se lie d'amitié. Puis, un jour, elle demande à ses parents de recueillir No, qui sauvera la mère de Lou et changera à tout jamais sa vie... 

 

Il m'a fallu juste quelques pages pour aimer cette histoire. J'avoue que je me suis rentenue pour ne pas lire ce livre d'une traite, tant ce livre m'a passionné, émue, marquée,... Je n'ai pas suffisement d'adjectifs pour m'exprimer sur ce livre...Il faut dire aussi que ce thème était réellement fait pour moi...

Encore une fois, je me suis laissée entrainée par l'ecriture de Delphine De Vigan; écriture simple et déconcertante à la fois... Et puis cette écriture, elle sonne tellement vraie!

 

J'ai aimé cette belle histoire d'amitié entre Lucas, Lou et No... Parce qu'elle laisse apparaitre un espoir. Elle montre que malgré la misère, la différence d'âge, des milieux sociaux différents, il est toujours possible...

Je me suis attachée avec force au personnage de Lou qui m'a quelque fois fait rire, quelque fois touchée... C'est un petit personnage doux et intriguant. A ses parents également, parce que son père soutient difficilement sa mère, parce qu'ils arrivent à laisser une chance à No...  Je me suis aussi attachée à Lucas, à cette insolence, qui montre qu'au fond, il n'est pas heureux... Et puis bien sûr, je me suis attachée à No... No qui souffre, qui espère, qui n'arrive pas à se faire à cette nouvelle vie... En fait, oui, je me suis attachée à tous ces personnages...

Leur histoire sonne vraie, donne le sourire, de l'espoir, fait verser quelques larmes aussi...

 

Encore une fois, le Paris décrit est très sombre... On est bien loin du Paris qui rime avec folie et paillettes... On nous montre un monde où certains ne trouvent pas leur place... Un monde où certains n'ont pas de quoi se nourir, se loger... Un monde bien sombre et bien égoïste!

On voit que le malheur est à porté de main, qu'il peut arriver à tout le monde... Comme quoi, on n'est à l'abris de rien.

Cette histoire m'a plue parce qu'elle raconte le quotidien des sans abris. Il est vrai que je me pose parfois beaucoup de questions la dessus sans arriver à trouver de réponses qui conviennent...

 

En bref

C'est un livre qui raconte, avec force et sans pathos. Ce roman m'a beaucoup émue, et réellement marqué. J'ai très envie de voir le film aussi... Comme certains le pense, De Vigan est une auteur à suivre... Je partage moi aussi cet avis. C'est déjà la seconde fois que ses livres me parlent et deviennent des coups de coeur ou pas loin...

 

 

"On est capable d'envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l'espace, d'identifier un criminel à partir d'un cheveu ou d'une miniscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d'informations On est capable de laisser mourir des gens dans la rue"


 

 

Le livre de poche, 250 pages, 2009

Repost 0
Published by Marion - dans Romans
commenter cet article

Présentation

  • : Les lectures de Marion
  • Les lectures de Marion
  • : Parce que la lecture est une passion qui se partage, il me fallait un univers bien à moi. Des livres, des Bandes dessinées, de jolies découvertes et quelques déceptions. Bienvenus dans la bibliothèque de Marion.
  • Contact

En ce moment, je lis...

http://4.bp.blogspot.com/-VUXAB70YlT0/Ua1z_9yrdUI/AAAAAAAAEZ0/u10YcLsy99E/s1600/la+liste+de+mes+envies.jpg

 

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_165734.jpg

 

Rechercher

Rubriques

BD

 

blabla.png

 

rentree.png

 

logochallenge3-copie-1.png

 

logorl2013

 

movies.png

 

Romans.png

 

swap.png

 

tag.png

Je suis aussi sur...

http://lecran.org/wp-content/uploads/2011/12/facebook-logo.png

 

logo liv

 

http://img.hellocoton.fr/fr/logo.gif