Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:47

On est mercredi. Et ce jour marque le rendez vous quotidien de la « BD du mercredi » chez Mango. Petit à petit, je me rends compte que l’univers de la BD me plait. J’y découvre de petites merveilles insoupçonnées, comme c’est le cas aujourd’hui…

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv3820119.jpgPaolo Poloverdo est un jeune garçon à l’âge incertain. Là où il habite, personne ne soupçonne voir une habitation… Et pourtant, il vit pauvrement dans une cabane au fin fond du sud du Chili avec ses parents. Quelques voyageurs s’aventurent cependant dans cet endroit reculé. Tous sont des scientifiques, des géologues, des poètes… Ceux-ci passent quelques jours en compagnie de la famille de Paolo et repartent à l’aventure.

Jusqu’au jour où Angel Allegria, un assassin en fuite très recherché par la police, vient demander l’hospitalité aux Poloverdo. Sans crier gare, le criminel tue les parents de Paolo, et épargne le garçon tout simplement parce qu’il n’a jamais tué d’enfants. Petit à petit, le garçon et le meurtrier s’apprivoisent, ils commencent à cohabiter ensemble. Cette vie paisible dure une année jusqu’au jour où Luis Secunda, un voyageur fuyant sa propre vie arrive dans leur cabane pour leur demander l’hospitalité. S’y plaisant, il décide de construire également une habitation non loin d’eux sous l’œil méfiant d’Angel.

Mais très vite, leur univers tranquille de Paolo est mis à rude épreuve…

 

Encore une grosse claque, encore un coup de cœur… Bref, encore une très jolie découverte…

Quelques pages seulement m’ont suffi pour m’emporter au fin fond du Chili. Et puis, comme à chaque fois que le coup de cœur opère, impossible de lâcher cet album tant que je ne l’avais pas fini… Il faut dire qu’absolument tout m’a plu dans cette BD (oui tout !!!).

J’ai aimé les dessins, qui ne ressemblent presque pas à des dessins de BD traditionnels. On dirait des illustrations, parfois même des photographies tant ils sont précis, réels… Les dessins sont très sombres et semblent coller parfaitement à l’image que l’on pourrait se faire du sud du Chili : des paysages arides, de grandes étendues désertiques et du gris qui représentent les jours froids de neige et de pluie. Et puis, j’ai aimé l’initiative prise par Thierry Murat qui consiste à dessiner de grandes cases et à y insérer le texte en dessous et au dessus… L’histoire est racontée par le petit garçon à la troisième personne. Très peu de paroles sont échangées : tout se fait par des regards des gestes. En fait, j’ai eu cette impression d’écouter le petit Paolo me raconter son histoire.

L’histoire, quant à elle, est tout simplement splendide et pourtant, elle peut paraitre plus ou moins étrange. Mais au final, on se rend compte que le petit garçon a besoin de Angel, tout comme Angel a besoin de Paolo. Leur relation s’établie de manière simple, même si le meurtrier a commis l’irréparable…

 

 

En bref

Encore une très belle découverte, un gros coup de cœur qui me donne très envie de découvrir le roman d’Anne-Laure Bondoux dont il a été adapté. En tous cas, il est dors et déjà noté sur ma Liste à Lire. A mettre entre toutes les mains !

 

 

http://www.lekinorama.com/photos_bd/big-609_2_.jpg

 

http://img.over-blog.com/599x824/2/65/97/60/BD-2011/les-larmes-de-l-assassin2.jpg

 

 

Futuropolis, 126 pages, 2011

 

 

BD-du-mercredi

Chez Mango

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 17:46

Comme j'ai beaucoup de mal à choisir mes BDs par moi-même, je me laisse séduire par des chroniques rencontrées ici et là, ou par des classements de l'année réalisés par des bloggeurs... Il faut dire aussi que la bibliothèque dans laquelle je suis inscrite compte un nombre de BD interminable... Le choix est rude, il faut passer des heures dans le tout petit rayon qui leur est consacré pour trouver quelque chose... Bref, je pars avec des listes de titres... Pourquoi j'ai tué Pierre est une BD que j'ai eu l'occasion de rencontrer sur le blog de Noukette. Il apparaissait dans son classement des plus grandes claques de l'année... Ni une ni deux, j'ai pris la BD.

 

http://img.over-blog.com/228x300/3/23/01/40/Bandes-dessinees/Pourquoi-j-ai-tue-Pierre.jpgTout au long de cette bande dessinée, on voit quelques moments clés, quelques âges clés de la vie d'Olivier. Tous ne sont pas représentés. D'ailleurs certaines périodes sont illustrées de manière plutôt longues et d'autres de manière très concise (2 planches). On peut donc suivre l'évolution de l'homme que deviendra Olivier de ses 7 à 35 ans. 

Olivier grandit entre des parents baba cool et des grands parents croyants et pratiquants. Pour faire plaisir à ses grands parents, il décide de les accompagner à la messe du dimanche. C'est là que le jeune garçon rencontre Pierre. "Pierre est un curé "de gauche". Il est cool. Il est drôle." Il semble être un curé à part. Il joue de la guitare, il est ouvert... Bref, tout le monde semble aimer le religieux, même les parents d'Olivier qui sont anti-cléricaux et gauchistes extrêmistes. Un jour Pierre propose au jeune homme d'aller pour la première fois en colonie. Olivier se laisse tenter. Il se fait une joie d'avoir de nouveaux amis, de partir sans ses parents, de partir à la découverte.

Seulement voilà, tout le monde au camp de vacances semble remarquer que Pierre aime beaucoup Olivier... 

 

 

J'avoue qu'au début, j'avais, malgré le très bon avis de Noukette, quelques réticences... Le titre et la couverture ne me tentaient pas vraiment, tout comme les dessins... Et finalement j'ai presque failli passer à côté de cette BD... (C'est l'avantage et l'inconvénient des bibliothèques, je crois). 

Et pourtant, je ressors de cette lecture enchantée. En fait, ce livre est une énorme claque. Jamais je ne me serais attendue à ça. Je me suis doutée que quelque chose se tramait, ne tournait pas rond, que Pierre ne pouvait pas être aussi gentil que ça... mais je n'imaginait pas que le mignon petit curé serait ce genre de personnage. Et quand je l'ai découvert, je suis tombée des nues...

Mais ne partez pas si vite pour autant... Tout est raconté avec beaucoup de pudeur mais en même temps avec beaucoup de naturel. On ne tombe pas dans le pathos, ni dans un vocabulaire vulgaire, ou gras. En fait, Olivier Ka nous raconte ses craintes vis-à-vis de cette horrible nuit. Et si Pierre ne l'aimait plus? Il nous livre également ses doutes. Doit-il en parler? Bref, j'ai été réellement touchée par cette histoire, par son histoire. Et finalement je trouve que ce geste de raconter, de se délivrer doit être une très bonne thérapie et peut-être même la meilleure...  

Le sujet est dur, d'autant plus que je n'ai pas eu l'impression de lire une bande dessinée autobiographique. Et puis, vers la fin du récit, l'auteur nous dévoile son projet, se met en scène dans la bande dessinée, et nous montre comment ce petit bijou est né. Alfred et Olivier Ka prennent l'initiative d'intégrer des photographies au récit, et ça j'ai beaucoup aimé. Elles permettent ainsi de souligner la noirceur de ce récit, de se plonger encore plus dans l'histoire terrible qu'à vécue Olivier... 

Les dessins, qui au début ne me plaisaient pas beaucoup, m'ont finalement un peu plus emballée une fois que je suis entrée dans le récit. Certains, tout particulièrement les paysages, les endroits rencontrés, sont très beaux, avec de magnifiques couleurs vives et très représentatives. D'autres sont un peu plus sombre et représentent à merveille la nuit du jeune homme, les troubles que cette expérience lui a causée... 

 

 

En bref

Un immense coup de coeur pour cette BD... Une véritable claque, qui aborde un sujet délicat. Le tout reste cependant pudique, sans aucun pathos... J'ai adoré! 

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/Zoom_Planche_BD/4/6/6/9782756026664_1.jpg

 

Delcourt, 111 pages, 2006

 

 

BD-du-mercredi

Chez Mango

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:46

Comme j'ai eu une semaine surchargée (et que cette semaine n'est pas finie!) je n'ai pas pu rendre mon billet pour la BD du mercredi à temps! Tant pis...

Je continue mes premiers pas dans la BD. Pour cette semaine, j'ai choisi, parmi d'autres BDs que vous découvrirez bientôt, Mademoiselle Else...

 

http://csimg.webmarchand.com/srv/FR/280095892756015490/T/340x340/C/FFFFFF/url/mademoiselle-else-raccit-en.jpgElse une jeune femme de vingts ans est en vacances avec sa tante. Lors de ce séjour idylique et luxueux, elle reçoit une lettre de sa mère, qui s'avère être un véritable à l'aide au secours. Le père d'Else a de gros problèmes financiers. Pour ne pas finir en prison, il doit rembousé ses dettes. Sa mère lui demande donc de soliciter Monsieur Von Dorsay, un riche marchand d'art, afin de récupérer la somme demandée. Celui-ci accepte, mais à la condition que la jeune femme accepte de se mettre nue devant lui...

 

 

Cette Bande dessinée est une grosse déception (il en fallait bien une première, après tout)...

L'histoire me semblait attrayante et j'étais quasiment sûr qu'elle me plairait. Je pensais qu'il était intéressant de voir comment Else aurait pu réagir face à cette requête de Dorsay, de découvrir l'adaptation d'un roman...

Or, dès le tout début du récit Else est un personnage que j'ai détesté. Elle est autaine, froide, antipathique au possible... Je n'ai pas apprécié son attitude envers les autres. En fait, Else est une jeune femme séductrice, manipulatrice et la seule chose qui semble réellement l'interesser, ce sont les jeux de séduction... Du coup, impossible de m'attacher à son histoire d'éprouver de la pitier ou au moins de la compréhension.

L'histoire, quant à elle m'a semblée un peu fade... Même si la psychologie du personnage est très bien étudiée et décrite graphiquement, je n'ai pas vraiment trouvé un grand intérêt à ce récit. Je ne sais pas... Je l'ai trouvé peut-être un peu courte, et au final il ne se passe pas grand chose...

Malgré tout, j'ai beaucoup aimé les dessins de Manuele Fior. En fait, je les ai trouvé même magnifiques. L'auteur semble avoir peint (c'est peut être le cas?) l'intégralité de cette BD. J'ai eu l'impression d'un dessin à l'aquarelle bien diluée. Et puis, j'ai beaucoup aimé ces couleurs pastelles essentiellement faites de marron, de violine, de vert, ... La seconde partie, elle, est plus sombre est en parfaite cohésion avec l'esprit torturé d'Else, m'a beaucoup plue également... 

 

 

En bref

Malgré de très beaux dessins, cette BD reste une immense déception... Le personnage central m'a agacée, et l'histoire m'a semblée un peu fade...  

 

http://chezmo.files.wordpress.com/2011/01/mademoiselleelse02.jpg?w=529

 

 

Delcourt, 88 pages, 2009

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 11:01

J'ai croisé cette BD sur de nombreux blogs et très souvent les avis étaient uninaimes et très élogieux. Avec ma participation à la BD du mercredi, c'était une bonne occasion de la parcourir. Une jolie découverte encore une fois.

 

http://img.over-blog.com/215x300/3/23/01/40/Bandes-dessinees/La-parenthese.jpgA 20 ans, Judith, une étudiante fait des malaises de manière récurrente, perd l'équilibre et ne s'en souvient pas. A chaque fois, ce sont ses proches qui lui les rappellent. Elle consulte alors un neurologue. Le verdict tombe: Judith souffre de troubles épileptiques. Elle suit alors un traitement très lourd pour combattre sa maladie. Mais celle-ci progresse et petit à petit toutes ses facultés disparaissent: elle ne connait plus l'alphabet, elle ne sait plus compter, elle ne se souvient plus de l'année, du nom du président de la République, ... On découvre alors une petite tumeur au cerveau qui est inopérable et qui serait probablement la cause de son épilespie. Après une prise en charge médicale et des traitements, l'état de Judith se stabilise et elle décide alors de revenir sur cette période de sa vie.

 

 

Au premier abord, cette BD m'a réellement perturbée par son dessin. J'avoue, ce n'est pas vraiment le type de traits qui me plait. J'aime quand il y a de la couleur, quand les dessins sont réalistes... Ici, tous sont en noirs et blanc, ils sont plutôt simples et peu concrets. On en retrouve quelques uns réalisés durant sa maladie qui réprésentent des silhouettes indéfinissables, groubouillées de noir. Je les ai trouvés parfois troublants, dérangeants, déstabilisants, mais en même temps ils montrer parfaitement l'espirt torturé de cette jeune femme... On retrouve également des dessins métaphoriques qui nous montrent à quel point Judith semble vivre en dehors de sa maladie, qui m'ont eux aussi parfois dérangée.

Mais pourtant, je me suis laissée transporter par cette histoire qui m'a totalement bouleversée. Elodie Durant nous livre ici un témoignage intimiste dans lequel le lecteur s'y plonge de manière très simple. Je n'ai pas éprouvé de voyeurisme contrairement à certains récits autobiographiques. Au contraire. 

En fait, ce combat contre la maladie et l'oubli m'a profondément émue... Et pourtant, il ne s'agit pas d'une BD larmoyante. Le thème qu'elle abord est très dur, c'est une certitude, mais ce récit amène cependant une très grande lueur d'espoir et d'optimisme. L'auteure a réussi avec brio à nous montrer les moments de peur et d'incertitudes qu'elle a traversé. Et finalement, j'ai trouvé que les dessins collaient parfaitement à l'histoire. Ils sont foids, glacials même, pour certains tout comme la maladie de Judith. 

Je pense que cette BD est bien plus qu'un témoignage. C'est un acte nécessaire pour Elodie Durant qui lui a permis de nous confier ses peurs et ses doutes, d'accepter sa maladie, de comprendre comment elle a vécu durant ces quatre années. Une vraie claque!

 

 

En bref

Cette BD est encore une jolie découverte qui m'a profondément émue. Il s'agit d'un très beau témoignage contre la maladie et l'oubli. A découvrir.

 

 

http://media.paperblog.fr/i/411/4114270/parenthese-durand-L-uHwFqd.jpeg

 

http://static.lexpress.fr/medias/990/507098_sans-titre.jpg

 

 

 BD-du-mercredi

Chez Mango

 

 

Delcourt, 221 pages, 2010 

Repost 0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 16:54

Aujourd'hui, pour la première fois, je participe à la Bd du mercredi chez Mango. J'espère découvrir de nouveaux horizons de lectures avec ce challenge.

J'avais repéré cette Bande Dessinée sur le blog de Violette qui avait émis un avis plus que positif, du coup j'ai eu envie de la découvrir. Un petit tour sur le site fn*c.com et c'est parti (oui je sais c'est pas bien, mais avec le froid j'avais pas envie de courir dans une librairie!)! Encore une belle découverte! 

 

http://img.over-blog.com/227x300/3/23/01/40/Couvertures/lydie.jpgConnaissez-vous l'impasse du bébé à moustaches? En réalité, elle s'appelle l'impasse du Baron Van Dick, mais tout le monde l'appelle l'impasse du bébé à moustaches parce que dans cette petite rue se trouve une immense publicité sur laquelle se trouve un bébé... à qui on a dessiné des moustaches! Enfin, bref, tout cela pour dire que c'est ici qu'habite Camille et son père.

Camille devrait vivre aujourd'hui le plus beau jour de sa vie car elle va devenir maman. Mais malheureusement la vie en a voulu autrement car celle-ci accouche d'un bébé mort-né. Dans le quartier, tout le monde est médisant parce que Camille est un peu simplette et parce qu'on ne connait pas le père de l'enfant. Personne ne se soucis de son malheur, de sa tristesse. 

Et puis, deux mois plus tard, Camille accourt au village et annonce à ses habitants "Mon bébé! Les anges du ciel me l'ont rapporté! Je le savais bien, moi, que le Bon Dieu ne pouvait pas garder mon petit bébé auprès de lui. La place d'un bébé c'est contre le coeur de sa maman, pas au paradis". Personne n'ose la contredire, et tous vont jouer le jeu, voyant que Camille sort enfin de sa tristresse, du gouffre dans lequel elle se trouvait. Les années passent et Lydie est toujours là, elle occupe une place dans le quartier. Les enfants de l'école sont amis avec la petite Lydie, le médecin se déplace en pleine nuit pour la soigner, elle se fait baptiser, ...

Finalement, Lydie occupera une place comme tout le monde dans ce quartier; elle vivra, grandira, fera des études ...

 

http://www.avantpremiereonline.com/images/album/lydie/lydie-one-shot-cap-3356.jpg

 

J'ai réalisé une première lecture de cette BD qui m'a laissée plutôt perplexe bizarrement. Je crois que je suis totalement passée à côté de l'histoire. Du coup je l'ai relue dans la semaine et la seconde fois a été une illumination. Cette BD est tout simplement merveilleuse, poétique à souhait et réellement touchante. Finalement, j'ai adoré et je ne regrette pas de l'avoir lue et relue. 

Les dessins sont merveilleux. Ils transmettent une ambiance assez particulière, presque éloignée, étrangère. Au début, ceux-ci sont plutôt sombre et semblent retransmettrent aux lecteurs la tristresse de Camille. Et lorsque sont bébé "revient", le dessins se colorent un peu plus comme si Lydie avait mis des touches de couleurs dans la vie de sa maman. 

L'histoire quant à elle est racontée de manière originale. C'est une madone qui raconte l'histoire de Camille et de Lydie, l'anecdote de l'impasse du bébé à moustaches ... La madone raconte cela au lecture de manière presque intimiste, comme si elle cherchait à instaurer une relation de confiance avec son lecteur et je dois dire que j'ai trouvé cela très plaisant. 

 

 

 

En bref

Une bien jolie découverte encore une fois. Comme quoi le monde de la BD m'avait caché de bien belles choses! A découvrir! 

 

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/Zoom_Planche_BD/8/8/0/9782505008088_3.jpg

 

 

BD-du-mercredi

Chez Mango

 

 

Dargaud, 60 pages, 2010

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 10:46

Je l'ai annoncé il y a quelque temps, j'ai envie de lire des BDs mais le choix est vaste et je ne sais pas quel titre choisir. Mon fréro m'a offert un petit bon Kadéos pour Noël du coup, ça a été l'occasion parfaite pour m'en acheter une première. J'ai longtemps hésité entre plusieurs titres, j'en ai feuilleté plusieurs, sans être vraiment décidée. Et finalement, je suis tombée sous le charme des planches de Le bleu est une couleur chaude... Et quel coup de coeur! 

 

http://photo.parismatch.com/media/9782723467834-l/5264487-1-fre-FR/9782723467834-L.jpg"Mon amour, quand tu liras ces mots, j'aurais quitté ce monde". Ainsi débute cette BD. Clémentine écrit ces quelques mots à sa compagne Emma. Selon ses dernières volontés, Emma dine chez les parents de son amie et doit également récupérer quelques affaires personnelles dont ses journaux intimes. La jeune femme se plonge alors dans les souvenirs de la défunte, de l'âge de 15 ans jusqu'à sa mort. Elle livre alors à son journal ses craintes, ses doutes, ses souffrances, ... Et puis, petit à petit, Clémentine assumera sa sexualité et son homosexualité grâce à Emma...

 

C'est bête, mais jamais je n'aurais pensé qu'une bande dessinée aurait mu me toucher à ce point... Et pourtant, c'est une réelle découverte, un immense coup de coeur (l'année 2012 débute très très bien, niveau lecture!).

 

J'ai d'abord passé quelques minutes à sentir l'odeur de cette magnifique BD (Oui, on a tous des manies livresques plus ou moins bêtes, non?), mais surtout à visualiser ce très bel objet (Y'a pas à dire, le livre est un objet manifique!), cette superbe couverture (ce dos puissant, ce regard intriguant et doux à la fois), et le contenu de celui-ci. 

Et puis, j'ai été happée par ces dessins absolument splendides, essentiellement en noir et blanc, avec de toutes petites touches de bleu... Ce noir et blanc qui représentent la vie morose et triste de Clémentine. Le bleu représentant l'espoir, la seule belle chose qui lui soit arrivée dans sa vie: Emma. 

L'histoire quant à elle m'a énormément touchée (j'ai même versé ma petite larme à la fin!). C'est une très très belle histoire d'amour, puissante, vraie, et sensuelle à la fois. Cette bande dessinée est une énorme claque, parce qu'elle aborde un sujet tabou dans nos sociétés: l'homosexualité féminine. Comme le dit si bien Emma:

 

"Vous n'avez qu'à lui dire que si j'avais été un garçon, Clem' serait tombée amoureuse de moi quand même."

 

Le tout est traité avec sensibilité, pudeur, sans aucun pathos, sans aucune vulgarité... C'est beau, tout simplement! J'en veux encore...

 

 

En bref

J'ai eu un véritable coup de coeur pour cette BD délicate, douce et sensible. Lisez au plus vite Le bleu est une couleur chaude...

 

http://www.iddbd.com/wp-content/uploads/2011/05/bleu-couleur-chaude2.jpg

 

 

Glénat, 156 pages, 2010

Repost 0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 08:50

Je cherche desespérément à découvrir un peu dans le milieu de la bande dessinée, mais n'y connaissant pas grand chose, je me lance à tâtonnement et au grès de mes rencontres... Celle-ci, je l'ai donc découverte sur le site de Moka et je dois dire que j'avais beaucoup apprécié le résumé et les dessins de Mademoiselle Bagieu... Bon, pour une découverte, s'en est une. J'ai A-DO-RE! 

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv27636690.jpgZoé est une "potiche d'accueil" (c'est pas moi qui l'ait dit!) dans les foires et les salons. En dehors de ce travail "naze" (là encore, je ne reprends que les propos de l'auteure), elle partage sa vie avec un garçon chômeur, beauf et grossier qui passe ses journées en caleçon/chaussettes devant la télévision. Bref, la pauvre Zoé n'a vraiment pas une vie passionnante... Elle aspire à trouver quelqu'un de bien, parce qu'elle estime mériter mieux... Et là, alors qu'elle est en train de grignoter un sandwish sur un banc public, elle s'apperçoit qu'un jeune homme l'observe par la fenêtre. De fil en aiguille (grâce à son côté un peu sans gène, il fautl'avouer), elle fait la connaissance de Thomas Rocher, un écrivain à succès en manque d'inspiration. Elle en profite donc pour entamer une nouvelle vie avec cet homme, mais très vite, elle se rend compte que quelque chose cloche dans l'attitude de Thomas...

 

Pour moi, Pénélope Bagieu est une parfaite inconnue, mais je me suis quand même renseignée avant d'écrire cet article. J'ai ainsi découvert qu'elle a un blog (très sympa au passage) sur lequel j'ai passé un bon moment à lire les planches. Pour des premiers pas dans le milieu de la bande dessinée, je ne suis vraiment pas déçue et je dois même dire que j'ai passé un moment très très agréable.

En effet, on va de rebondissements en rebondissement, on passe d'un petit rire discret à un gros éclat de rire. Leshttp://1.bp.blogspot.com/_0Vk_qWOF48o/TCg5pDiKzPI/AAAAAAAAAEI/GuGlEoSNebA/s320/Cadavre+exquis+Bagieu%283%29.png situations sont simples, parfois loufoques. Elles représentent parfaitement la vie de tous les jours. Bref, rien de tel pour se mettre en forme avant une dure journée de travail qui s'annonce! 

Une fois ouverte, impossible de lâcher cette bande dessinée. J'avais envie de profiter encore et encore de cette petite pause agréable avant d'entendre pendant 4h30 le bip sonore de ma caisse de supermarché!

Les personnages quant à eux sont très crédibles. Zoé est une fille un peu paumée, un peu naïve, mais elle reste cependant attachante et terriblement drôle. Et puis, Agathe, l'éditrice de Thomas, ainsi que ce dernier sont un peu stéréotypés mais cependant très crédibles dans leur agissements et dans leurs fonctions.

Les dessins sont vraiment agréables, simples et représentent de façon très simple les expressions des personnages. Les couleurs attirent l'oeil. Quel plaisir!

 

En bref

J'ai passé un très bon moment avec cette petite bande dessinée, et je pense que je vais en lire d'autres de Pénélope Bagieu. La fin est surprenante, on rit tout le long... Une BD très fraiche! A découvrir! 

 

 

 

Folio, 2011, 100 pages

Repost 0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 18:07

Premier véritable article sur mon blog... Lecture quelque peu inhabituelle...

 

Une lecture inhabituelle, car je ne lis, en général, que très peu, voire même jamais, de Bandes Dessinées... Pour débuter mes vacances, je me suis rendue dans ma petite médiathèque et j'ai choisi au hasard quelques Bandes Desinnées. Le titre de celle-ci m'a tout de suite fait tilt... Ensuite, en feuilletant les pages, j'ai apprécié les dessins de l'auteur que je trouve très précis, avec beaucoup de détails. 9782800137506FS-1-.gif

 

Dès les premières pages, j'ai été assez amusée, et j'ai reconnu l'histoire de quelques amis qui vivent en colocation. L'histoire s'avrère être tellement vraie, que j'ai très vite eu envie de connaitre la suite. 

 

Ces jeunes aldultes vivent en colocation...

L'un, Toine,  est à la fac mais ça ne semble pas l'intéresser. Il préfère passer sa journée devant la Play Station à fumer des joints. Sa nonchalance est due à une repture assez récente avec sa petite amie.

L'autre, Julien,  est à la fac et il est passionné par la filière qu'il a choisi. Il a une petite amie. Ses colocataire s'en doutent mais il se fait très discret sur sa vie privée.

Enfin, le dernier, Jean-Mi, commence sa vie active dans un domaine qui m'est tout à fait proche, la communication.

Tous les trois cherchent un nouveau colocataire pour remplacé leur ami, David, parti à Amsterdam. 

 

Ils débutent leur recherche, font passer des entretiens, mais se trouvent, de manière générale, non satisfaits par les personnes qui se présentent. Puis, ils trouvent la "perle rare", Max. Celui-ci s'entend d'emblée très bien avec Toine, et même si Jean mi "ne le sent pas" il décident de le garder car il semble lui redonner le sourire.

 

Mais leur perle rare ne semble pas l'être réellement... Il ment à ses nouveaux colocataires, il s'immisce très vite dans la vie privée de ceux-ci, et est du genre manipulateur. Leur colocation qui semblait si bien commencer est donc perturbée par l'arrivée de Max.

 

J'ai donc aimé l'atmosphère de cette Bande Dessinée, car elle me semblait tout à fait proche de la réalité, bien qu'on puisse parfois trouver les personnages un peu caricaturés. J'ai même pu parfois me retrouver à certains moments... La réaction des voisins lorsqu'on fait une fête, la révolte étudiante, ...

J'ai éprouvé beaucoup de plaisir à la lire et pour tout vous dire, j'ai même beaucoup ri. J'ai donc passé un très bon moment en la lisant. Je change d'ailleurs mon fusil d'épaule... Moi qui pensait que la Bande Dessinée ne servait qu'a "passer le temps", je me rend compte de ma bétise... Je compte désormais en lire un peu plus... Et d'ailleurs, lire le tome 2 me fait assez envie, car on finit un peu sur sa faim... On se trouve en plein milieu d'une intrigue, et on se demande comment les quatre colocataires vont finir...

 

 

Dupuis, 2005, 48 pages

Repost 0

Présentation

  • : Les lectures de Marion
  • Les lectures de Marion
  • : Parce que la lecture est une passion qui se partage, il me fallait un univers bien à moi. Des livres, des Bandes dessinées, de jolies découvertes et quelques déceptions. Bienvenus dans la bibliothèque de Marion.
  • Contact

En ce moment, je lis...

http://4.bp.blogspot.com/-VUXAB70YlT0/Ua1z_9yrdUI/AAAAAAAAEZ0/u10YcLsy99E/s1600/la+liste+de+mes+envies.jpg

 

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_165734.jpg

 

Rechercher

Rubriques

BD

 

blabla.png

 

rentree.png

 

logochallenge3-copie-1.png

 

logorl2013

 

movies.png

 

Romans.png

 

swap.png

 

tag.png

Je suis aussi sur...

http://lecran.org/wp-content/uploads/2011/12/facebook-logo.png

 

logo liv

 

http://img.hellocoton.fr/fr/logo.gif